Modifié

Le Conseil fédéral relance déjà le projet d'identité électronique

L'application SwissID, exemple d'identification électronique déjà en service. [Christian Beutler - Keystone]
Le Conseil fédéral relance le dossier de l'identité électronique / La Matinale / 1 min. / le 28 mai 2021
Après le net refus dans les urnes, au mois de mars, de la loi sur les services d'identification électronique, le Conseil fédéral revient avec une nouvelle solution pour relancer le projet. Il entend cette fois-ci s'appuyer sur des partenaires publics.

Le gouvernement entend proposer un système d’identification personnelle qui soit géré par l'Etat et développé en collaboration avec les cantons et les écoles polytechniques de Lausanne et Zurich. Telle est la piste à suivre pour le Département fédéral de justice et police, chargé par le gouvernement d'élaborer cette nouvelle solution d'ici la fin de l'année.

Si le Conseil fédéral veut avancer sur ce dossier, c'est qu'il estime que la nécessité de mettre en place une identité électronique n'est pas contestée, mais que la perspective d'une gestion confiée à des entreprises ou organismes privés a mené à un refus du projet dans les urnes en mars dernier.

>> Lire: Le projet d'identité électronique (e-ID) a été balayé par le peuple suisse

En remettant l'ouvrage sur le métier, il répond ainsi à plusieurs interventions parlementaires réclamant une "e-ID" gérée par l'Etat et digne de confiance. Les différentes possibilités techniques de réalisation et leurs coûts devront notamment être examinés. Un projet pourra ensuite être établi, et une nouvelle loi proposée dans une année.

Comprendre le refus de la population

Conseillère nationale Vert'libérale et directrice de Swico, l’association des entreprises du numérique, Judith Bellaïche se réjouit que le Conseil fédéral remette déjà l'ouvrage sur le métier. "Il faut croire qu'il y a pas mal de volonté de sa part", dit-elle.

Toutefois, elle s'étonne que le Conseil fédéral paraisse aussi certain de sa démarche, "alors qu'on ne sait pas encore exactement ce qui a poussé la population à un refus aussi radical". Selon elle, il faudrait d'abord consulter la population par voie de sondage avant de relancer un projet.

L'objectif du passeport électronique est d'implanter des données personnelles, telles que le nom ou la date de naissance, sur un téléphone portable, une carte à puce ou une clé USB.

>> Interview de conseillère nationale vert'libérale Judith Bellaïche, directrice de Swico:

Judith Bellaïche. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Identité électronique: interview de la Vert'libérale Judith Bellaïche (Swico) / La Matinale / 1 min. / le 28 mai 2021

Marie Giovanola/jop

Publié Modifié