Modifié

La cape d'Harry Potter, bientôt une réalité?

Harry Potter et sa cape inspirent des équipes de chercheurs. [Reuters]
Harry Potter et sa cape inspirent des équipes de chercheurs. [Reuters]
Vous en avez rêvé en lisant Harry Potter. Des chercheurs américains et chinois ont annoncé vendredi que les recherches sur l'invisibilité progressaient rapidement. Les scientifiques ont aussi présenté une cape très proche de celle du petit sorcier.

Selon une étude publiée vendredi dans la revue "Science", les
chercheurs ont réussi à produire un système se rapprochant un peu
plus de la célèbre cape imaginée par J.K.Rowling.

En 2006 déjà la faisabilité de l'invisibilité avait été
démontrée avec la fabrication d'un matériau prototype grâce au
théoricien britannique Sir John Pendry.

10'000 pièces

La nouvelle cape d'invisibilité présentée dans Nature mesure
50,8 centimètres de longueur sur 10,16 cm de largeur et 2,54 cm de
hauteur. Elle est formée de plus de 10'000 morceaux de fibres de
verre, dont 6000 ont une forme unique, et qui sont organisés en
rangées parallèles.

Les formes de ces pièces ainsi que les angles selon lesquels elles
sont disposées leur permettent de dévier les ondes
électromagnétiques. Le tout est déterminé par des formules
mathématiques.

Comme un mirage

La cape imaginée par J.K. Rowling n'est pas pour demain. [Reuters]La cape imaginée par J.K. Rowling n'est pas pour demain. [Reuters] L'idée derrière le phénomène
d'invisibilité s'apparente à celui du mirage vu à distance sur une
route par un jour d'été très chaud, explique David Smith, de
l'Université Duke (Caroline du Nord), principal auteur de ces
travaux. "Vous voyez à distance comme de l'eau recouvrant la route
mais en réalité c'est une réflexion du ciel", poursuit-il.

Les rayons infra-rouges et la lumière visible glissent ainsi sur
les objets, un peu comme de l'eau sur des roches faisant qu'ils ne
peuvent être vus. "Cette approche devrait nous aider à étendre et à
améliorer nos capacités à rendre invisibles différents types
d'ondes lumineuses sur des objets", soulignent les auteurs de
l'étude.

Cette recherche a été notamment financée par la firme américaine
Raytheon Missile Systems, l'Armée de l'Air américaine et la
fondation nationale chinoise des sciences.

ats/boi

Publié Modifié

De la fiction à la réalité

Le pouvoir d'invisibilité fait bouillir l'imagination de nombreux écrivains et scénaristes depuis de nombreuses années.

Dans de nombreux films et romans de fantasy ou de science-fiction, des objets ou des hommes sont ainsi rendus invisibles par les pouvoirs de la magie ou de la technologie.

Le plus célèbre exemple est évidemment Harry Potter, imaginée par J.K.Rowling. Cadeau de son père, la cape d'invisibilité permet au jeune élève de Poudlard de se déplacer au nez et à la barbe de sévère Rogue et du sinistre Voldemort.

Auparavant, c'est un auteur britannique, Herbert George Wells, qui avait exploité le filon avec brio. Dans "L'homme invisible", écrit en 1898 déjà, il mettait en scène un savant qui trouve une formule d'invisibilité et qui décide de l'expérimenter sur lui-même. L'homme sombre alors progressivement dans la folie.

La femme invisible est aussi l'un des personnages de Comics des "Quatre fantastiques". Elle a le pouvoir de se rendre invisible dès qu'elle le désire.

Ces personnages ont fait l'objet de nombreux livres, films et séries.

L'armée américaine intéressée

Selon les chercheurs, le gilet invisible n'est toutefois pas pour demain: les nouveaux matériaux sont en effet en métal et très fragiles, et les produire industriellement serait un défi difficilement réalisable à l'heure actuelle.

Cependant, les militaires américains, qui participent au financement de ces recherches, sont particulièrement intéressés par ces matériaux, et ce dans le but de mettre au point une nouvelle génération d'armes furtives.