Modifié

L'iPhone 12 peut être dangereux pour les porteurs de pacemakers

Les aimants sur les chargeurs d'IPhone 12 peuvent désactiver les stimulateurs cardiaques. [Hans Lucas - AFP]
L'iPhone 12 est dangereux pour les porteurs de pacemakers / On en parle / 4 min. / le 26 février 2021
A cause de ses aimants, l'iPhone 12 présente de sérieux risques de perturbations pour les porteurs de dispositifs de stimulation cardiaque comme les pacemakers et les défibrillateurs. Un médecin a donné quelques conseils dans l'émission "On en parle".

Une étude récemment publiée dans la revue spécialisée en cardiologie "Hearth Rythm Journal" a démontré que les aimants présents dans les iPhone de douzième génération (12, 12 mini, 12 Pro et 12 Pro Max) étaient susceptibles de désactiver les stimulateurs cardiaques.

En cause: les champs électromagnétiques créés par ces aimants et leur influence sur les pacemakers et les défibrillateurs, a expliqué dans l'émission "On en parle" Etienne Pruvot, médecin-chef de l'Unité des troubles du rythme au Service de cardiologie du CHUV à Lausanne. Le médecin a toutefois précisé que ces risques étaient "très faibles".

Garder son smartphone loin du torse

Apple a confirmé dans un communiqué que l'iPhone 12 était susceptible de "gêner le bon fonctionnement des appareils médicaux". La marque à la pomme conseille de tenir l'appareil et les accessoires aimantés MagSafe à 15 centimètres de soi ou 30 centimètres lorsqu'ils sont en train de charger.

Une distance "suffisante" selon Etienne Pruvot, qui conseille par ailleurs aux patientes et patients ayant bénéficié de l'implantation d'un pacemaker et/ou d'un défibrillateur de porter son smartphone et téléphoner du côté opposé. Si ces dispositifs ont été placés sous la clavicule gauche, "il faut téléphoner en utilisant l'oreille droite et mettre l'appareil dans une poche à droite également".

Davantage d'interactions dans le futur?

Le nombre d'interactions entre smartphones et stimulateurs cardiaques a augmenté en même temps que la puissance des téléphones. Etienne Pruvot rappelle qu'en 2006, il y avait eu une série de tests avec plusieurs smartphones, dont l'iPhone de sixième génération, sans interaction notable même quand celui-ci était posé sur la peau. "Maintenant, on est à la génération 12 et on constate une interaction. Pour l'instant, une distance de 15 centimètres paraît tout à fait raisonnable. Peut-être qu'à l'avenir, il faudra garder ces objets à une distance plus importante".

Sujet radio: Didier Bonvin

Adaptation web: Sylvie Ravussin

Publié Modifié