Modifié

Rééduquer ses sens après une perte de goût et d'odorat due au Covid-19

Un protocole permet de rééduquer ses sens après une perte de goût et d'odorat dûe au Covid-19. [ritapirahova@gmail.com - Depositphotos]
La perte de goût et d'odorat post Covid-19 / On en parle / 8 min. / le 3 février 2021
La perte de goût et d'odorat est l'un des symptômes du coronavirus. La plupart du temps, la récupération se fait en quinze jours. Dans le cas contraire, les médecins ORL disposent de stratégies de rééducation à faire à la maison.

L'anosmie (la perte de l'olfaction) et la dysgueusie (la perte du goût) sont des symptômes du Covid-19. Ce sont parfois même les premiers ou les seuls qui alertent sur une possible contamination et poussent à se faire tester.

En comparaison à un passage aux soins intensifs pour une défaillance respiratoire, la perte de l'odorat peut paraître mineure. "Mais pour un patient qui n'a que cela, c'est très important", a déclaré dans l'émission On en parle Antoine Reinhard, médecin associé au Service d'ORL et de chirurgie cervico-faciale du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). "Cela a un rôle très important sur le moral, sur le plaisir de manger". Le spécialiste est le co-auteur d'une étude publiée en 2020 sur ce sujet dans la Revue médicale suisse.

Un protocole de rééducation à faire chez soi

"Habituellement, les patients qui ont une anosmie post-Covid récupèrent heureusement rapidement, habituellement en 7 à 20 jours", explique Antoine Reinhard. Pour ceux qui n'ont toujours pas récupéré l'odorat après deux mois (environ 5 à 10% des cas), le médecin propose de faire une rééducation olfactive. "On demande au patient de sentir différentes odeurs pendant 15 à 30 secondes, faire une pause et passer à une autre odeur. Ils font cela deux fois par jour, un ou deux mois, jusqu'à trois mois". Le protocole est disponible en ligne. Pas besoin donc d'aller chez son médecin ou à l'hôpital pour ces séances.

Varier les odeurs pour réhabituer son nez

Antoine Reinhard conseille aux personnes souffrant d'anosmie de prendre des odeurs qu'elles trouvent chez elles, dans la cuisine notamment, comme du café, du clou de girofle ou de la citronnelle. L'autre possibilité est de demander à la pharmacie de fabriquer des huiles essentielles avec différents arômes (citron, clou de girofle, rose, eucalyptus, menthe poivrée ou grains de café).

Certaines études montrent une amélioration d'environ 50% de la récupération de l'odorat avec ce type de rééducation.

En l'absence de changement au bout de six mois, Antoine Reinhard conseille de faire le point avec un médecin ORL. Celui-ci pourra faire des tests plus spécifiques de l'odorat pour voir à quel point il est touché.

Propos recueillis: Sophie Proust

Adaptation web: Sylvie Ravussin

Publié Modifié

Une théorie sur l'origine de cette perte

"Au niveau du processus physio-pathologique, la théorie la plus probable est que le virus se lie à certains récepteurs de surface présent sur certaines cellules de la muqueuse olfactive", a expliqué Antoine Reinhard. Le virus ne s'attaque donc pas directement aux neurones olfactifs, mais à des cellules de soutien autour de ces neurones. "Cette atteinte va provoquer une dysfonction des neurones olfactifs et la perte de l'odorat". Même chose concernant le goût, avec des cellules au niveau de la langue cette fois-ci.