Modifié le 28 juin 2010 à 14:10

Moins de neige dans les Alpes depuis 20 ans

Les hivers sans neige seront sans doute plus nombreux en Suisse
Les stations de moyenne altitude font la grimace, selon les années. [Keystone]
Les chutes de neige dans les Alpes suisses ont brutalement baissé dans les années 1980, et n'ont jamais retrouvé leurs niveaux antérieurs depuis, selon une étude suisse publiée dans l'hebdomadaire anglais "New Scientist" mercredi.

En étudiant les données météorologiques sur une période de 60
ans, Christoph Marty, de l'Institut fédéral pour l'étude de la
neige et des avalanches, a relevé un décrochage brutal de
l'enneigement à la fin des années 80 dans les Alpes suisses.

Réchauffement climatique

Selon lui, le nombre moyen de jours de neige depuis 20 ans est
le plus bas jamais relevé depuis le début des relevés
météorologiques il y a quelque 100 ans. Certains hivers, la
quantité de neige a même été inférieure de 60% aux volumes
constatés au début des années 80.





Si des recherches avaient déjà montré les effets du réchauffement
climatique sur la réduction du manteau neigeux alpin, cette étude,
est la première à prendre en compte dix ans de données nouvelles
recueillies dans 34 stations entre 200 et 1'800 m d'altitude.

Déficit neigeux

Selon le Centre d'étude de la neige de Météo-France, la
température de l'air à 1'800 m en hiver a augmenté de 1 à 3° selon
les massifs sur 45 ans (1958 et 2002). L'étude de l'enneigement est
rendue difficile par la grande variabilité des résultats d'une
année sur l'autre et selon les massifs considérés.





Cependant, les deux études s'accordent pour dire que les années
récentes sont majoritairement déficitaires en précipitations
neigeuses. Les résultats des recherches de Christoph Marty seront
publiés dans le journal "Geophysical Research Letters".





afp/gt

Publié le 01 octobre 2008 à 18:46 - Modifié le 28 juin 2010 à 14:10

Mieux connaître les biocarburants

Les députés européens ont appelé mercredi à "approfondir les recherches" sur les conséquences du développement des biocarburants notamment accusés de contribuer à la crise alimentaire mondiale.

Les biocarburants actuels sont accusés de détourner des productions de leur finalité première (nourrir humains et animaux) et d'accélérer la déforestation.

Les eurodéputés ont également appelé scientifiques et politiques à "s'associer pour sensibiliser l'opinion publique" en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Le groupe libéral du Parlement européen a ainsi lancé un site internet baptisés "theChangers.eu", pour encourager les citoyens à réduire l'impact de leurs activités individuelles sur l'environnement.