Modifié

L'hydroxychloroquine largement prescrite en Suisse jusqu'à maintenant

Une tablette d'hydroxychloroquine. [Rafiq Maqbool - AP Photo/Keystone]
Au-delà des chiffres - Abandon de l'hydroxychloroquine / Forum / 2 min. / le 26 mai 2020
L'hydroxychloroquine, jugée à présent inefficace par les experts, a été largement prescrite en Suisse à des patients atteints de symptômes sévères. Pourquoi? Parce que l'on n'avait rien d'autre pour lutter contre ce nouveau virus.

A Genève, sur plus de mille patients hospitalisés à la mi-mai aux HUG, environs 400 ont reçu de l'hydroxychloroquine ces dernières semaines. La pratique est la même au CHUV où la proportion des patients traités avec ce médicament a atteint environs 40% depuis le début de la crise.

Il n'y a pas encore de chiffres au niveau national, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) tente actuellement de compiler les différentes données publiées par les centres hospitaliers pour savoir combien de patients ont été traités avec ce médicament.

>> Lire aussi: L'OMS suspend ses essais sur l'hydroxychloroquine, qui présente des risques

Beaucoup d'incertitudes

Mais une chose est sûre, l'hydroxychloroquine a été largement prescrite auprès de patients atteints de symptômes sévères. Mais toujours avec un suivi très strict de la part du personnel médical qui connaissait depuis le début les effets secondaires de ce médicament.

Pourquoi a-t-il été massivement administré? Parce que l'on n'avait rien d'autre pour lutter contre ce virus. Dans l'attente d'étude venues confirmer ou infirmer les effets thérapeutiques de cette molécule, les médecins ont pris le risque de l'administrer aux personnes très malades, d'autant plus qu'ils connaissent cette molécule utilisée depuis plusieurs dizaines d'année et qu'ils maîtrisent ses effets secondaires.

Depuis l'apparition de ce nouveau virus, les hôpitaux ont dû composer avec un très grand nombre d'incertitudes. Aujourd'hui, les experts en savent un peu plus sur ce médicament et sa balance bénéfices/risques face au Covid-19, et ont décidé à la lumière des connaissances actuelles d'arrêter de le prescrire, en tout cas jusqu'à nouvel avis.

Quelle autre molécule?

Après l'espoir déçu autour de l'hydroxychloroquine, la question se pose de savoir quelle molécule pourra lutter efficacement contre le SARS-CoV-2 ?

On a beaucoup parlé du Remdesivir, du Lopinavir et Ritonavir qui font l'objet d'études cliniques, y compris dans les hôpitaux suisses. L'idée est de faire avancer la science et les connaissances autour de ce nouveau virus, toujours avec le risque de se tromper et surtout de ne pas trouver. Mais pour ces autres traitements, les résultats sont aussi mitigés pour l'instant.

Cependant, en l'absence de vaccin, il n'existe pas pour l'instant de molécule miracle pour lutter contre ce virus.

Sophie Iselin/lan

Publié Modifié