Modifié

La Chine se prépare à devenir le troisième pays à se poser sur Mars

La fusée chinoise Long March 5 (ici en décembre 2019) doit emporter l'orbiteur, l'atterrisseur et le rover de la mission Tianwen-1 [China Daily - Reuters]
Avec Tianwen-1, la Chine veut devenir le 3e pays à réussir un atterrissage sur Mars. / Le Journal horaire / 25 sec. / le 24 avril 2020
L'agence spatiale chinoise a dévoilé vendredi le nom de sa première mission d'exploration robotique de Mars, "Tianwen-1", au jour du 50e anniversaire du lancement du premier satellite chinois. L'arrivée sur la planète rouge est prévu au printemps 2021.

Tianwen, qui signifie "Questions au Ciel", est tiré d'un poème de Yuan Qu, dans lequel celui-ci soulève des questions sur les étoiles et d'autres corps célestes. Son lancement de Tianwen-1 est prévu cette année, a rapporté l'agence de presse officielle Chine Nouvelle.

La mission, auparavant connue sous le nom de Huoxing-1, consiste à acheminer sur Mars un "rover", véhicule conçu pour l'exploration du sol d'une autre planète ou d'un corps céleste. A l'horizon 2030, une deuxième mission est prévue avec, cette fois, l'objectif de ramener des échantillons de la planète Mars sur Terre.

Dix-sept ans après son premier homme dans l'espace

Si la mission Tianwen-1 est un succès, une arrivée sur Mars est prévue aux alentours d'avril 2021 dans la plaine d'Utopia Planitia, région dans laquelle s'était posée la sonde américaine Viking 2 en septembre 1976. Contrairement à la mission chinoise, Viking 2 n'emportait, à l'époque, pas de rover d'exploration. Le premier d'entre eux, Sojourner, n'a en effet été libéré sur Mars qu'en 1997 par la sonde américaine Mars Pathfinder, dans une autre région martienne.

En parvenant à poser un engin sur Mars, la Chine deviendrait le troisième pays à le faire après l'URSS (avec Mars 3 en 1971) et les Etats-Unis (avec Viking 1 en 1976). Elle était déjà devenue en 2003 le troisième pays à envoyer un homme dans l'espace à bord d'une fusée fabriquée par ses soins, puis, dix ans plus tard en 2013, le troisième pays à faire alunir un engin de manière contrôlée sur la Lune, toujours derrière les Etats-Unis et l'URSS.

La sonde chinoise doit se poser dans l'hémisphère nord de la planète Mars, composé de plaines basses et sans relief (zones en bleu). Le site d'Utopia Planitia (flèche rouge), qui a vu atterrir Viking 2, a été sélectionné. [NASA / JPL / USGS - Domaine public]La sonde chinoise doit se poser dans l'hémisphère nord de la planète Mars, composé de plaines basses et sans relief (zones en bleu). Le site d'Utopia Planitia (flèche rouge), qui a vu atterrir Viking 2, a été sélectionné. [NASA / JPL / USGS - Domaine public]

Reuters/Vincent Cherpillod

Publié Modifié