Modifié le 30 mars 2020 à 20:59

Quand l’application Zoom envoie vos données à Facebook

L'application Zoom permet de faire des réunions en visioconférence.
L'application de visioconférence Zoom fait un carton, mais n'est pas sans risque Forum / 1 min. / le 29 mars 2020
C’est rapidement devenu un des symboles de la pandémie. L’application de vidéoconférence "zoom" est entrée massivement dans les ménages suisses. Mais elle n’est pas tendre avec la vie privée.

Zoom, l’application de communication vidéo en direct, est désormais un phénomène mondial. Elle est aussi bien utilisée pour parler à sa famille, faire de l’enseignement à distance, participer à des réunions de travail ou encore pour boire un coup entre amis. Même les gouvernements cantonaux l’utilisent.

En cette période où chacun s’isole, Zoom est l’outil idéal pour garantir le lien social et échanger en direct. Les Suisses ne s’y trompent pas. C’est actuellement l’application la plus téléchargée sur les iPhone. Et l’entreprise communique fièrement un chiffre: mercredi dernier, 343’000 personnes dans le monde ont téléchargé l'application.

Client un jour, client toujours?

A l'instar de Google ou Microsoft, l’ancienne start-up de la Silicon Valley mène actuellement une politique marketing agressive en offrant la gratuité pour certains de ses services premiums. Dans le viseur, les écoles.

Un peu partout dans le monde, le PDG Eric Yuan offre des accès de meilleure qualité aux profs et aux élèves. Quand on s'est habitué à l'offre payante (un nombre illimité de minutes de direct), difficile de revenir en arrière ou d'utiliser la concurrence.

Il faut l'admettre, essayer l'application c'est l'adopter. Elle va vite, elle est ludique, facile d’accès et il est possible de l’utiliser gratuitement.

Success story

Le succès a rapidement été au rendez-vous. A tel point que l’entreprise de San José (USA) est en passe de devenir un nouveau géant du web. L’année dernière pour son entrée en bourse, la société fondée en 2011 était évaluée à 16 milliards de dollars.

Depuis, son action a grimpé de plus de 70%. En pleine crise financière, l'action de Zoom atteint même son sommet, le 23 mars, à 160 dollars.

Tout n’est pas rose dans l’univers de Zoom…

Rien n'arrête la conquête de Zoom, malgré les vents contraires. L’année dernière, une faille de sécurité était découverte. Elle permettait à un pirate d’espionner des personnes via leurs webcams. Quatre millions d’ordinateurs étaient alors vulnérables.

Pendant cette pandémie, les premiers signaux d’alerte sont venus d’Angleterre. Le Premier ministre Boris Johnson utilisait Zoom pour organiser des réunions de cabinet. Il s’est fait remettre à l’ordre par le ministère de la Défense: la cybersécurité n’est pas garantie pour des informations confidentielles.

L'ombre de Facebook

Et finalement, le média Vice a découvert cette semaine que l'application apple de Zoom envoie des données à Facebook même si vous n'avez pas de compte Facebook. Et sans votre accord. Comment? Les développeurs ont simplement utilisé des programmes fournis directement par Facebook.

Lorsque vous ouvrez l'application, Zoom envoie automatiquement à Facebook des informations comme votre appareil, votre ville, votre fournisseur de téléphonie ou encore un identifiant servant à cibler votre publicité. Zoom a annoncé que la dernière mise à jour règle le problème et incite donc les utilisateurs à effectuer la mise à jour.

Y a-t-il des solutions alternatives qui respectent la vie privée? Le préposé valaisan à la protection de données, Sébastien Fanti, en propose deux: jitsi.org et whereby. Mais le défi est de taille. Si vous souhaitez changer de système de vidéoconférence... il faudra convaincre tous vos contacts.

Pascal Wassmer

>> Ecouter l'avis de Sébastien Fanti, préposé valaisan à la protection des données:

Sébastien Fanti, préposé valaisan à la protection des données.
Olivier Maire - Keystone
Forum - Publié le 29 mars 2020

Publié le 28 mars 2020 à 10:49 - Modifié le 30 mars 2020 à 20:59