Modifié

Une explosion gargantuesque, la plus grande de l'Univers après le Big Bang

Ce qui reste de l'explosion la plus formidable de l'Univers, due à un trou noir supermassif, dans l'amas d'Ophiuchus. En rose, les rayons-X; en bleu, les ondes radio; en blanc, l'infrarouge. [X-ray: Chandra: NASA/CXC/NRL/S. Giacintucci, et al., XMM-Newton: ESA/XMM-Newton - Radio: NCRA/TIFR/GMRT; Infrared: 2MASS/UMass/IPAC-Caltech/NASA/NSF]
Une explosion gargantuesque, la plus grande de l'Univers après le Big Bang / Le Journal horaire / 51 sec. / le 5 mars 2020
C'est le fossile d'une explosion extraordinairement puissante d'une galaxie active qui a été observé par quatre télescopes – deux sur Terre et deux spatiaux. Ce phénomène difficile à appréhender viendrait d'un trou noir supermassif situé à environ 390 millions d’années-lumière de la Terre.

Difficile de se représenter l'événement qui a ébranlé l'amas de galaxies Ophiuchus tellement il est gigantesque. "Gargantuesque", a écrit la NASA dans son communiqué.

Simona Giacintucci, l'auteur principal de la recherche publiée le 27 février dans The Astrophysical Journal, tente une comparaison pour décrire cette explosion de tous les records: "En quelque sorte, cette déflagration est similaire à la façon dont l'éruption de 1980 du Mont Saint Helens a arraché le haut de la montagne. A la différence qu'ici, on pourrait aligner quinze galaxies de la Voie Lactée dans le cratère que cette éruption a provoquée dans le gaz chaud de l'amas [d'Ophiuchus]".

Le Mont Saint Helens, dans l'Etat de Washington, aux Etats-Unis avant et après son éruption du 18 mai 1980. [USGS/wikinews - Gryphonis/CC]Le Mont Saint Helens, dans l'Etat de Washington, aux Etats-Unis avant et après son éruption du 18 mai 1980. [USGS/wikinews - Gryphonis/CC]

Un amas de galaxies est la structure connue la plus vaste dans l'Univers: c'est la gravité qui maintient ensemble ces groupes contenant des milliers de galaxies, de la matière noire et des gaz chauds.

Un trou noir supermassif responsable

Selon l'équipe de recherche, c'est un trou noir supermassif, situé dans une grande galaxie logée vers le centre de l'amas, qui est responsable de cette débauche d'énergie éruptive qui a creusé un trou dans le milieu intergalactique autour de lui. Ou plutôt la matière que cet objet éjecte lorsqu'il engloutit tout se qui tombe en direction de son centre de gravité infinie. Un peu comme une personne qui mangerait salement et de façon gloutonne.

>> Regarder une vidéo de la NASA expliquant en anglais la cavité creusée par les jets de matière expulsé par le trou noir supermassif:

Aujourd'hui, les scientifiques ne peuvent plus observer de jets de matière, mais seulement les effets que ceux-ci ont eu dans le plasma. Ne restent qu'une faible source d'ondes radio et des rayons-X pour témoigner de la cavité créée par l'invraisemblable explosion.

Le gros point blanc est le centre le la galaxie. Le pointillé représente le bord de la cavité creusée par l'explosion. En rose, les rayons-X; en bleu, les ondes radio; en blanc, l'infrarouge. [Credits: X-ray: Chandra: NASA/CXC/NRL/S. Giacintucci, et al., XMM-Newton: ESA/XMM-Newton - Radio: NCRA/TIFR/GMRT; Infrared: 2MASS/UMass/IPAC-Caltech/NASA/NSF]Le gros point blanc est le centre le la galaxie. Le pointillé représente le bord de la cavité creusée par l'explosion. En rose, les rayons-X; en bleu, les ondes radio; en blanc, l'infrarouge. [Credits: X-ray: Chandra: NASA/CXC/NRL/S. Giacintucci, et al., XMM-Newton: ESA/XMM-Newton - Radio: NCRA/TIFR/GMRT; Infrared: 2MASS/UMass/IPAC-Caltech/NASA/NSF]

Les astrophysiciens ont combiné des observations en rayons-X et en ondes radio pour saisir ce qui s'était passé dans l'amas de Ophiuchus.

Plusieurs observatoires ont été mis à contribution: le télescope spatial Chandra de la NASA et l'observatoire spatial XMM-Newton de l'ESA – pour les rayons-X – ainsi que le radiotélescope Murchison Widefield Array en Australie et le Giant Metrewave Radio Telescope, en Inde.

Jusqu'à présent, le record était détenu par l'explosion d'un trou noir situé dans l'amas de galaxies MS 0735.6+7421: un événement repéré en 2003 qui semblerait presque ridicule, puisque la déflagration d'Ophiuchus a libéré cinq fois plus d'énergie...

Stéphanie Jaquet

Publié Modifié