Modifié

Hommes et femmes, Romands et Alémaniques: la 5G partage les Suisses

Le déploiement rapide et parfois brutal de la 5G en Suisse et dans le monde rencontre dans plusieurs pays une opposition citoyenne de plus en plus massive. [Peter Klaunzer - Keystone]
Les femmes et les Romands s'opposent en majorité à la 5G, selon un sondage / Le 12h30 / 1 min. / le 4 mars 2020
Les femmes romandes sont les plus sceptiques face à la 5G, révèle une enquête publiée mercredi par le comparateur en ligne bonus.ch. Si les hommes et Alémaniques y sont plus favorables, seul un tiers des Suisses voient d'un bon oeil cette nouvelle technologie.

Les moins de 30 ans sont largement les plus favorables à la 5G, selon l'étude de bonus.ch. Ils représentent même la seule tranche d'âge de l'enquête à être quasiment (à 48%) majoritairement "pour" cette nouvelle technologie. À l'autre bout du spectre, on retrouve les 50- 59 ans, qui sont les plus réticents.

À peine plus de 20% des femmes déclarent être "pour" la 5G, alors qu'ils sont 45% du côté masculin. Un Roestigraben peut aussi être observé: alors que seuls 30% des Romands sont en faveur de l'installation de nouvelles antennes, ce chiffre atteint presque les 50% chez les Alémaniques. Du côté de la Suisse italienne, aucune tendance nette ne se dégage.

Craintes pour la santé et l'environnement

Au niveau Suisse, la 5G reste majoritairement controversée: 45% des Suisses s'y opposent et un tiers seulement y est favorable. Un peu plus de 20% des sondés sont sans avis.

Les arguments pour expliquer cette opposition sont assez classiques: risques sur la santé et impact environnemental. Les partisans de la 5G, eux, mettent en avant les progrès technologiques de manière générale, et en particulier les améliorations attendues du débit internet.

Cynthia Racine/asch

Publié Modifié