Publié

Du bisphénol découvert dans les urines des enfants en Suisse

Du bisphénol dans les urines de nos bambins. [romrodinka - Depositphotos]
Du bisphénol dans les urines de nos bambins / On en parle / 6 min. / le 28 février 2020
Plusieurs sortes de bisphénol ont été découvertes dans les urines des enfants en Suisse, a révélé une enquête exclusive de l'émission de télévision de la RSI Patti Chiari, relayée par l'émission On en parle.

En collaboration avec un laboratoire de Lausanne et le Département de toxicologie et de pharmacologie de l'Université de Lausanne, les urines des couches culotte de 108 enfants vaudois, fribourgeois et tessinois âgés de 6 mois à 3 ans ont été examinées. Une étude de cette ampleur portant sur la recherche de plusieurs sortes de bisphénols auprès de cette tranche d'âge n'avait jamais été faite jusqu'à présent en Suisse, ni même en Europe.

Cette recherche importante est encore en cours, a expliqué dans l'émission On en parle Chiara Camponovo, journaliste de la RSI qui a mené l'enquête. Mais de premiers résultats sont déjà connus. Ainsi, 47% des enfants du test ont des traces de différents bisphénols dans leurs urines et 7% présentent des traces de bisphénol A, qui est interdit dans les biberons depuis quelques années en Europe et depuis 2017 en Suisse.

Rappel: les bisphénols A sont des perturbateurs endocriniens qui agissent sur le système hormonal. L'Agence européenne pour les substances chimiques a classé le bisphénol A parmi les substances extrêmement préoccupantes.

>> Lire: Le bisphénol A reconnu perturbateur endocrinien par une agence de l'UE

Les chercheurs ont aussi détecté la présence d'autres perturbateurs endocriniens comme les phtalates. Il faut toutefois relever que les traces découvertes ne représentent pas de quantité toxique. Mais le fait que ces enfants soient exposés à ces substances dès leur plus jeune âge interpelle.

Dans les plastiques

Bisphénols et phtalates sont surtout liés aux matériaux plastiques, et servent par exemple à les lisser. Comme les plastiques ont envahi notre quotidien, il est donc difficile de savoir avec certitude d’où viennent les substances retrouvées dans les urines des enfants. Le bisphénol A est bien interdit dans les biberons mais pas dans d’autres objets.

Les scientifiques qui travaillent sur le sujet reconnaissent pourtant que même à petites doses le bisphénol peut perturber le fonctionnement du système hormonal et avoir un impact sur le développement des enfants.

L'émission de la RSI a donc voulu savoir comment fonctionnaient les contrôles et les interdictions. Le Directeur exécutif de l’agence européenne pour les substances chimiques à Helsinki a admis qu'il y avait encore beaucoup de travail à faire, soit pour ce qui est des interdictions, soit pour ce qui est des contrôles, a encore expliqué Chiara Camponovo.

Les précautions

Pour les spécialistes, il est important de privilégier la simplicité dans les matériaux, éviter en général les plastiques, pour ce qui est des jouets et aussi pour ce qui est des objets en contact avec la nourriture.

En suivant la vie quotidienne de quatre enfants, l'enquête de la RSI a montré que le plastique est omniprésent dans leur quotidien. Limiter sa présence et s'informer sur les objets et leur composition est important et utile.

A noter que l'étude est encore en cours. Le laboratoire est en train de se pencher sur l'éventuelle présence de pesticides, comme le glyphosate, dans les urines des enfants. Résultats dans quelques mois.

Marie Tschumi/lan

Publié