Publié

Des bactéries stressées comme source d'énergie étudiées à l'Uni de Fribourg

Image de synthèse de bactéries anaérobies, capables de vivre en l'absence d'oxygène. [Kateryna Kon - AFP]
Des bactéries stressées comme source d'énergie étudiées à l'Uni de Fribourg / Le Journal horaire / 1 min. / le 9 février 2020
Pourrait-on bientôt avoir des batteries alimentées par des bactéries? Des chercheurs de l'Université de Fribourg ont trouvé une piste prometteuse, en confrontant des bactéries capables de prospérer sans oxygène à des conditions extérieures stressantes pour elles.

Il existe encore aujourd'hui des organismes - notamment des bactéries - capables de vivre en l'absence d'oxygène. Une équipe de chimistes de l'Université de Fribourg, rassemblés autour des professeurs Katharina M. Fromm et Bernd Giese, a exposé ces bactéries à différents niveaux de concentration d'ions métalliques, afin d'observer comment elles s'adaptent, chimiquement parlant, à ce stress extérieur.

Les scientifiques ont constaté que ces bactéries développent une réponse chimique, en régulant leurs charges énergétique par l'échange d'électrons avec, par exemple, des ions métalliques du monde extérieur. Ils délivrent ainsi un courant électrique en continu vers l'extérieur. Les bactéries stressées pourraient donc devenir une source d'énergie.

Pour des batteries "vertes"

Ces expériences ont également permis de déterminer la quantité d'électrons ainsi générée: une bactérie, soit une seule cellule, produirait environ 500'000 électrons par seconde, voire dix fois plus en phase de croissance. Ces travaux ouvrent donc des perspectives et rendent envisageable la fabrication de nouvelles batteries écologiques et rechargeables.

Grâce à leurs propriétés, ces bactéries pourraient même être utilisées pour aider à la décomposition de substances polluantes et à la bioremédiation - ou décontamination via l'utilisation d'organismes vivants - des eaux usées.

Maurice Doucas/kkub

Publié