Modifié le 28 juin 2010

Le projet Swissmetro abandonné faute d'argent

Le train à sustentation magnétique devait relier la Suisse d'Est en Ouest.
Le train à sustentation magnétique devait relier la Suisse d'Est en Ouest. [Keystone]
Le projet de train souterrain à grande vitesse ne se concrétisera sans doute jamais. Faute de soutien financier et politique suffisant, la société Swissmetro SA va être liquidée et les droits reviendront à l'EPFL. Pro Swissmetro voit au contraire de bonnes chances de concrétiser cette idée.

Dans un communiqué, le conseil d'administration de la société
Swissmetro SA dit lundi être arrivé à la conclusion que le projet
de train souterrain à sustentation magnétique entre les grands
centres urbains n'est pas faisable dans un délai prévisible. En
conséquence, il propose à l'assemblée générale du 20 novembre de
liquider la société.





Au total, quelque 11 millions de francs auront été investis dans
ce projet ambitieux datant de 1992. La moitié de ces
investissements provenaient de la Confédération, a communiqué lundi
la société Swissmetro SA.

Un projet visionnaire

En 1997, une demande de concession avait été déposée auprès de
l'Office fédéral des transports pour le tronçon Lausanne-Genève et
une étude de faisabilité du tronçon Bâle-Zurich avec une liaison
entre les deux aéroports avait été réalisée.





Les commissions des transports du Parlement avaient réagi
positivement au projet. Malgré d'intenses travaux, Swissmetro SA
n'est cependant pas parvenue à rassembler le soutien indispensable
du côté de la politique et de l'économie.





Après analyse, le conseil d'administration est arrivé à la
conclusion qu'une réalisation du projet n'était pas possible à
moyen terme en Suisse. Le conseil d'administration de Swissmetro,
fondée en 1992, demandera donc lors de l'assemblée générale du 20
novembre prochain la liquidation de la société.

L'EPFL propriétaire de la technologie

Dans le même temps, la direction du projet et l'ensemble des
droits sur le projet retourneront à l'EPFL. Celle-ci détient en
effet le savoir-faire technique. Un accord est en préparation avec
l'EPFL. Le projet élaboré il y a une trentaine d'années prévoyait
la construction d'un train à sustentation magnétique se déplaçant à
une vitesse de plus de 400km/h dans un tunnel.





Le temps du trajet entre Berne et Zurich ne devait durer plus que
12 minutes et celui de Genève-St-Gall moins d'une heure. L'ensemble
des investissements pour un trajet est-ouest de Genève à St-Gall et
le trajet Bâle Zurich avait été évalué à environ 25 milliards de
francs.





ats/os

Publié le 02 novembre 2009 - Modifié le 28 juin 2010

Pro Swissmetro ne baisse pas les bras

L'association Pro Swissmetro ne l'entend cependant pas de cette oreille.

Elle ne partage pas l'analyse du conseil d'administration et voit au contraire de bonnes chances à moyen terme de réaliser Swissmetro.

Elle souligne l'engorgement des lignes ferroviaires pour les passagers comme pour les marchandises.