Modifié le 08 novembre 2019 à 10:29

Des chercheurs pensent que les machines pourraient avoir une âme

Des chercheurs pensent que l'intelligence artificielle pourrait bientôt s'immiscer dans la religion
Des chercheurs pensent que l'intelligence artificielle pourrait bientôt s'immiscer dans la religion 19h30 / 2 min. / le 06 novembre 2019
L’intelligence artificielle (IA) pourrait amener les ordinateurs à se doter d’une conscience. Alors que des scientifiques jugent cette hypothèse crédible, la thématique de l'IA et de la religion était au centre d’une journée de réflexion organisée mercredi à Genève.

Sur le plateau du 19h30, l'un des participants à cette journée de réflexion, Sadek Beloucif, président du Conseil d’orientation de la Fondation de l'Islam de France, a toutefois tenu à souligner les limites de l’intelligence artificielle. "Il s'agit plus d'un outil au service de l’homme que d'un danger", estime-t-il.

L’ancien membre du Comité national d'éthique en France a noté avec une pointe de jalousie qu’il était étonnant qu’en Suisse on puisse avoir un dialogue si intelligent et si mature entre la science et la religion.

Pour le professeur David Rudrauf, du Centre interfacultaire en sciences affectives de l’Université de Genève, on peut tout à fait imaginer que des notions comme l’esprit, la conscience et l’âme puissent un jour être répliquées par des algorithmes. Toutes les machines assez puissantes pour faire tourner ces algorithmes pourraient donc être dotées de ces notions jusqu’ici propres à l’être humain.

Les religions devront évoluer

Isabelle Benoît, cocommissaire de l'exposition "Dieu(x), modes d'emploi", visible à Palexpo jusqu’au 19 janvier 2020, note que les religions ont toujours évolué pour être en prise avec la réalité, une réflexion qui amène l’historienne à avancer que les religions devront s’adapter aux avancées de l’intelligence artificielle.

Interpellé par le 19h30, Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, a affiché toute sa sérénité face à une question provocante: une machine dotée d’âme ou de conscience pourrait-elle remplacer Dieu? Pour l’homme d’église, la notion de Dieu implique une antériorité à notre époque, une machine conçue par l’homme, aussi complexe et intelligente soit-elle, ne saurait prétendre à ce statut.

>> L'interview de Sadek Beloucif dans le 19h30:

Sadek Beloucif : "Plus de puissance, plus de force, implique plus de responsabilités"
19h30 - Publié le 06 novembre 2019

Nicolas Rossé / Gabriel de Weck

Publié le 06 novembre 2019 à 21:41 - Modifié le 08 novembre 2019 à 10:29