Modifié le 28 juin 2010 à 14:05

2010, année de la biodiversité: des efforts à faire

Les amis de la nature prônent notamment une meilleure préservation de la flore.
Les amis de la nature prônent notamment une meilleure préservation de la flore. [Keystone]
Une multitude d'espèces est un gage pour la diversité des écosystèmes. Plus de 49'000 sortes de plantes, animaux et bactéries sont documentées en Suisse, mais elles sont probablement au nombre de 70'000 en réalité. Reste que des efforts s'imposent toujours en cette année de la biodiversité.

Quelque 1,75 million d'espèces ont été décrites jusqu'ici à
l'échelle de la planète, selon une brochure de l'Association suisse
pour la protection des oiseaux/Bird Life Suisse (ASPO).

Une liste des problèmes

Après l'adoption de la convention internationale sur la
biodiversité en 1992 au Sommet de la terre de Rio (Brésil), les
pays se sont engagés dix ans plus tard à Johannesbourg (Afrique du
Sud) à agir pour freiner la diminution en cours de manière
significative.





Plusieurs facteurs sont pointés du doigt: destruction des
biotopes, agriculture intensive, changement climatique,
introduction de nouvelles plantes et espèces animales. Sans compter
les activités de loisir dont sont friands les humains et qui
perturbent la nature au sens large.

La Suisse est loin de l'objectif

L'abeille à longues antennes élue animal de l'année
dans le but de la sauvegarder. [Pro Natura]
L'abeille à longues antennes élue animal de l'année dans le but de la sauvegarder. [Pro Natura] [DR]

L'ASPO, qui mène une campagne ad hoc pour la biodiversité depuis
2006, estime que la Suisse est loin de l'objectif. L'Organisation
pour la coopération et le développement en Europe (OCDE) dénonce
aussi des lacunes dans la politique suisse de protection des
écosystèmes.





Se basant sur son rapport 2007, plusieurs organisations
environnementales sont montées au créneau pour exiger l'élaboration
d'une stratégie nationale.





Les choses sont en train de bouger. L'Office fédéral de
l'environnement (OFEV) a publié un calendrier en décembre dernier:
il prévoit de présenter un plan d'action au Conseil fédéral à la
mi-2010. Des propositions concrètes devraient être transmises au
Parlement début 2011. Les grands axes sont déjà connus
(lire ci-contre).





ats/hof

Publié le 12 janvier 2010 à 13:58 - Modifié le 28 juin 2010 à 14:05

Le plan d'action de l'OFEV

Les grands axes du plan d'action de l'Office fédéral de l'environnement portent sur la mise à disposition de surfaces suffisantes pour le développement de la vie sous toutes ses formes, ainsi que sur le maintien et l'amélioration de la qualité des espaces naturels.

Il convient par ailleurs de mieux tenir compte des retombées économiques générées par les prestations liées à la biodiversité. La valeur du secteur est estimée au niveau mondial entre 16'000 et 54'000 milliards de dollars.

Les ressources naturelles sont indispensables à la survie, pour se nourrir, bénéficier d'un air pur et d'eau potable, fabriquer des produits comme les textiles et les médicaments.

La biodiversité a également des vertus protectrices face aux catastrophes naturelles. Les prairies absorbent l'eau, ce qui empêche les inondations. Les forêts retiennent la neige, ce qui évite que les avalanches descendent jusque dans les vallées.

L'agenda de l'année de la biodiversité

2010 a été décrétée année internationale de la biodiversité par l'ONU. En Suisse, le coup d'envoi de l'événement sera donné par le ministre de l'environnement Moritz Leuenberger lundi, dans la gare de Berne.

Une kyrielle de manifestations - expositions, marchés, participation à un inventaire, cours, visites guidées, excursions -seront organisés dans ce cadre ces prochains mois dans tout le pays, que ce soit par les pouvoirs publics, des associations ou des institutions comme les zoos.