Modifié le 28 juin 2010 à 14:06

Des chercheurs font remarcher des rats handicapés

Le pancréas des souris étudiées rétablit naturellement la production d'insuline.
La marche des rats est possible sans "input" du cerveau, selon une étude. [Keystone]
Une équipe de chercheurs suisses et américains sont parvenus à rendre une certaine mobilité à des rats paraplégiques. Les animaux se sont remis à marcher, voire à courir, sur un tapis roulant après des stimulations électriques combinées avec un entraînement régulier et des médicaments.

L'expérience, publiée en ligne par la revue spécialisée Nature
Neuroscience, suggère que des rats rendus paraplégiques par le
sectionnement de fibres nerveuses peuvent se remettre à marcher
sans que l'on ait cherché à restaurer les fibres sectionnées ni à
rétablir le circuit nerveux reliant la moelle épinière au
cerveau.

Implication chez les hommes aussi

Ces travaux pourraient avoir une implication pour les blessés de
la moelle, selon les chercheurs (lire l'encadré).
"La moelle épinière contient des circuits nerveux qui peuvent
générer une activité rythmique sans input du cerveau, pour faire
fonctionner les muscles des pattes de derrière d'une façon qui
ressemble à de la marche", a expliqué le Pr Reggie Edgerton
(Université de Californie, Los Angeles), co-auteur de l'étude.
Selon lui, des recherches similaires ont déjà été menées, mais
c'est la première fois que l'on parvient à faire porter tout leur
poids aux animaux testés et à les faire marcher de façon
soutenue.





Les chercheurs ont coupé la moelle épinière de rats adultes et
appliqué des impulsions électriques épidurales (entre vertèbres et
membrane externe du système nerveux) en-dessous de la coupure, au
niveau des vertèbres lombaires ou des sacrées. Ils ont également
fait absorber aux rats des molécules qui miment les effets de la
sérotonine, un neurotransmetteur.

Capables de remarcher

Le mouvement des tapis roulants sur lesquels ils étaient
installés, les impulsions et les molécules absorbées ont fait
activer directement un réseau de neurones et suscité un mouvement
de marche chez les rats.





Après des semaines d'entraînement sur le tapis roulant, ces
derniers ont retrouvé la capacité de marcher en portant leur propre
poids, y compris en marche arrière, de côté et sur un rythme de
course. Mais ils sont restés incapables de marcher de leur propre
initiative.





Cela signifie que la moelle épinière est "quasi capable de
processus cognitifs", explique Grégoire Courtine, de l'Université
de Zurich, co-auteur de l'article. "Elle peut comprendre que
l'environnement extérieur change et interpréter cette information
pour modifier la manière d'activer les muscles", a-t-il
ajouté.





ats/afp/mej

Publié le 21 septembre 2009 à 11:32 - Modifié le 28 juin 2010 à 14:06

Les blessés de la moelle pourraient remarcher

Les chercheurs suisses et américains auteurs de l'étude sur les rats paraplégiques travaillent actuellement à mettre au point un dispositif applicable à l'humain qui pourrait être disponible, espèrent-ils, d'ici quatre ans, indique le Pr Courtine.

Ce dispositif, avec ou sans adjonction de médicaments, s'adresserait aux accidentés sévères de la moelle épinière. Plus de la moitié des blessés de la moelle sont âgés d'entre 16 et 30 ans.