Publié le 15 juillet 2019 à 20:41

Un nouveau dispositif détecte les maladies de la vigne à Genève

Un laser permet de réduire l'usage produits chimiques dans les vignobles
Un laser permet de réduire l'usage produits chimiques dans les vignobles 19h30 / 1 min. / le 15 juillet 2019
Le département de physique appliquée de l'Université de Genève met en place dans le canton un dispositif permettant de détecter les maladies de la vigne. Dotée de capteurs laser, l'installation doit permettre de limiter le recours aux traitements chimiques.

Constitué d'appareils de mesure (température, hygrométrie, force et direction du vent), l'installation identifie, avec la technologie laser, la présence dans l'air de spores des maladies fongiques de la vigne. L'information est ensuite transmise au vigneron, qui peut ainsi diminuer le nombre et l'intensité des traitements de ses parcelles.

"On ne se contente pas de dire qu'il y a un risque, mais on est capable de dire au vigneron qu'on commence à voir des spores et que c'est le moment de traiter. Cela lui permet d'attendre", explique Jérôme Kasparian, professeur à l'UNIGE.

Brevet déposé

Le brevet pour cette avancée technologique, une première mondiale, vient d'être déposé. Présenté cette semaine à Genève au congrès international de la vigne et du vin, le dispositif intéresse déjà de nombreux viticulteurs et pourrait rapidement essaimer dans le monde.

>> Lire également: Genève accueille le 42e congrès mondial de la vigne et du vin

"C'est tout nouveau. L'installation est dans une phase d'évaluation, mais les premiers tests ont été très concluants", assure Jean-Pierre Wolf, professeur de physique appliquée au sein de l'université genevoise.

Joël Boissard/gma

Publié le 15 juillet 2019 à 20:41