Publié

Des compléments alimentaires pour réduire les émissions de méthane des vaches

Réduire le méthane émis par les vaches grâce à des compléments alimentaires [RTS]
Réduire le méthane émis par les vaches grâce à des compléments alimentaires / 19h30 / 2 min. / le 3 août 2019
Une vache qui mange, c'est une vache qui rote et par conséquence une émission de méthane. Ce gaz à effet de serre est plus puissant que le C02. Pour y remédier, des sociétés comme des scientifiques s'attaquent à l'alimentation des bovins.

Une société basée à Rolle (VD) a développé le Mootral, un complément alimentaire pour bovins à la promesse ambitieuse: réduire de 30% les émissions quotidiennes de méthane. Développé par la société du même nom, le produit a été testé dans une étude en Grande-Bretagne et devrait être commercialisé dès cet automne dans plusieurs pays européens.

La société a reçu en mai un don de 200'000 francs de la Fondation Suisse pour le climat.

Scientifiques intéressés

Pour Thomas Hafner, à la tête de Mootral, ce complément alimentaire doit concilier les besoins de l'agriculture et de la planète. En Suisse, l'agriculture génère 10% des gaz à effet de serre émis, dont la moitié est due aux bovins.

Les scientifiques s'intéressent aussi à l'alimentation bovine. Ainsi au centre fédéral de recherche agronomique de Posieux (FR), on mesure les émissions de méthane des vaches grâce à une machine appelée GreenFeed.

Avec cette technologie, Andreas Münger et son équipe ont pu démontrer que des vaches nourries en ajoutant des graines de lin ou de colza à leur ration quotidienne émettaient en moyenne 7% de méthane en moins. Un effet dû à la graisse contenu dans ces graines, reconnues pour agir sur la digestion des vaches.

Les agriculteurs dans l'attente

Modifier l'alimentation des vaches, les agriculteurs n'y sont pas opposés pour autant que cela s'adapte à la pratique, explique Pascal Rufer, agriculteur et responsable production animale chez Prometerre: "Les réserves que l'on peut avoir seraient par exemple le coût de distribution de ces produits. Il faut aussi qu'ensuite on puisse valoriser les efforts faits, soit au travers d'une plus-value sur le produit ou éventuellement avec l'aide de certains organismes climatiques pour financer ce genre de produits."

Pour Pascal Rufer, la question des émissions de méthane chez les vaches ne doit pas occulter tous les apports des bovins pour l'homme. "La vache rend aussi des services à la société, elle entretient le paysage, elle limite l'impact de la forêt. Elle permet de produire du lait et de la viande et elle rejette effectivement du C02 et du méthane mais uniquement le carbone qui a été stocké au préalable dans la prairie."

Pas de complément alimentaire homologué

En Suisse, Mootral n'est pas la seule société à produire des compléments alimentaires pour bovins. L'entreprise Agolin, basé à Bière (VD) est aussi active dans ce domaine. Mootral espère pouvoir être lancé en Suisse en 2020.

Pour l'instant, l'Office fédéral de l'agriculture n'a jamais homologué de compléments alimentaires pour bovins. Les scientifiques eux, explorent aussi d'autres pistes, comme la génétique, pour diminuer les émissions de méthane des vaches à la racine, soit dans leurs gènes.

Hannah Schlaepfer

Publié