Modifié le 27 mars 2019 à 06:45

L'administration Trump veut renvoyer des hommes sur la Lune d'ici 2024

Le 30 juillet 1971, le pilote du module de la mission Apollo 15, James Irwin est photographié sur la Lune. (Image d'illustration).
L'administration Trump veut renvoyer des hommes sur la Lune dans les cinq ans à venir Le Journal horaire / 24 sec. / le 27 mars 2019
Le vice-président américain, Mike Pence, a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient déployer "tous les moyens nécessaires" pour renvoyer des astronautes sur la Lune d'ici cinq ans, plus vite que prévu initialement par la NASA.

"Nous sommes aujourd'hui dans une course à l'espace comme nous l'étions dans les années 1960", a déclaré Mike Pence, qui présidait une réunion du Conseil national de l'espace, à Huntsville, dans l'Alabama.

La Nasa avait jusqu'ici pour objectif de renvoyer des hommes sur la Lune d'ici à 2028, après avoir dans un premier temps envoyé une station "Gateway" en orbite autour de la Lune d'ici à 2024.

Six missions sur la Lune avaient été menées entre 1969 et 1972 dans le cadre du programme précurseur Apollo.

Jusqu'à présent, seules deux autres nations - l'URSS et la Chine - sont parvenues à effectuer un alunissage, mais avec des robots et sans équipage humain.

"Un nouveau grand pas"

"Il est temps d'effectuer un nouveau grand pas", a déclaré Mike Pence, en référence au propos devenu célèbre de l'astronaute Neil Armstrong lorsqu'il est devenu le premier homme à marcher sur la Lune en 1969.

Nous allons "renvoyer des astronautes américains sur la Lune dans les cinq prochaines années par tous les moyens nécessaires, établir une présence permanente sur la Lune et se préparer à envoyer des astronautes américains sur Mars", a poursuivi le vice-président des Etats-Unis.

Ses propos ont d'abord suscité une certaine confusion, certains se demandant si ce "retour" impliquait une présence humaine sur le sol lunaire ou seulement en orbite, mais des membres de la NASA ont par la suite précisé que l'objectif était bien de procéder à un alunissage.

"Défi accepté"

"Le défi est accepté. Maintenant, mettons-nous au travail", a dit Jim Bridenstine, directeur de l'agence spatiale, sur Twitter.

La Nasa a déjà décidé que la prochaine mission lunaire habitée se poserait au pôle sud, région qui recèlerait suffisamment de glace pour permettre la synthèse de carburant supplémentaire. Elle y voit une étape vers une éventuelle mission avec équipage sur Mars qui pourrait, selon Bridenstine, se concrétiser au milieu des années 2030.

reuters/pym

Publié le 27 mars 2019 à 05:23 - Modifié le 27 mars 2019 à 06:45