Modifié le 22 février 2019 à 13:10

Le CERN se rappelle du WorldWideWeb, le premier navigateur

La page d'accueil du site de la RTS tel qu'il s'affiche via le navigateur du CERN.
Le CERN se rappelle du WorldWideWeb, le premier navigateur La Matinale / 1 min. / le 22 février 2019
A l'occasion des 30 ans du web, le centre européen de recherche nucléaire (CERN) propose de redécouvrir les prémices d'internet et de son tout premier navigateur commun, le WorldWideWeb.

Basé à Genève, le centre européen de recherche nucléaire met à disposition un service en ligne pour remonter le temps et naviguer comme dans les années 1990.

Ce premier langage internet a des airs archaïques. Le navigateur web ressuscité par les développeurs du CERN nous transporte en quelques clics dans l'internet primitif, avec son langage html basique. Les liens hypertextes permettent déjà de consulter, d'éditer et de faire circuler numériquement des données.

Pour faire renaître le web d'antan, les programmateurs du CERN ont utilisé le tout premier ordinateur du créateur lui-même: Tim Berners-Lee.

"Vague mais prometteur"

C'est en effet dans les locaux genevois du CERN que le scientifique britannique présente, le 12 mars 1989, l'esquisse du web à son chef. Ce dernier aurait alors commenté: "vague mais prometteur". 

Avec 30 ans de recul, on mesure l'euphémisme. En quelques années, le web a incarné la promesse d'"un espace universel" où n’importe qui, de n'importe où, peut aller chercher librement et gratuitement des ressources.

Joëlle Cachin/lan

Publié le 22 février 2019 à 12:20 - Modifié le 22 février 2019 à 13:10

Une navigation sans images

Grâce à ce navigateur WorldWideWeb proposé par le CERN, il est possible de naviguer sur n’importe quel site actuel, mais dans une configuration ultra-minimaliste (format texte uniquement, avec liens intégrés).

Pour ouvrir une page, il faut cliquer sur "Document > Open from full document reference" et entrez l’adresse complète d'un site web dans la boîte qui s'ouvre.