Modifié le 26 décembre 2018 à 14:53

Le bananier pourrait devenir le textile naturel du futur, selon une étude

Du fil fait avec des bananiers.
Le bananier fournit de la fibre pour des textiles naturels Le Journal horaire / 25 sec. / le 26 décembre 2018
Les tiges de bananiers ne portent qu'une seule fois des fruits avant d'être généralement brûlées après la récolte. Des chercheurs de la Haute école de Lucerne ont examiné le potentiel de leurs fibres, semblables au jute ou au lin.

La population mondiale croît et doit se nourrir. Or, les surfaces cultivables sont limitées. Et les plantations destinées à la production alimentaire sont concurrencées par des cultures aux fins utilitaires, comme le coton par exemple.

Une équipe de recherche internationale, emmenée par Tina Moor, de la Haute école en design & art de Lucerne, a examiné la possibilité de faire d'une pierre deux coups. Elle entend créer des textiles à partir de déchets des cultures de bananes.

Le bananier, une plante herbacée

Des fibres naturelles de bananiers. Des fibres naturelles de bananiers. [CC Produkt & Textil - HSLU D&K] Par rapport au jute, au chanvre ou au lin, les plants de bananiers présentent l'avantage de ne pas nécessiter de surfaces de culture supplémentaires. Plus de cent millions de tonnes de bananes sont récoltées chaque année dans le monde.

Or, le bananier n'est pas un arbre mais une plante herbacée dont les tiges ne portent qu'une seule fois des fruits. Elles sont ensuite coupées et généralement brûlées en bordure des champs.

Différentes techniques

L'équipe de Tina Moor et ses partenaires indiens ont analysé le potentiel de cette fibre au cours d'un projet de deux ans, qui prend fin ces jours-ci. Ensemble, ils ont réussi à réaliser un petit tapis à l'aide d'une machine industrielle.

A la Haute école de Lucerne, les chercheurs ont essayé différentes techniques pour rendre plus souples les fibres rugueuses des bananiers. Tina Moor a produit différentes pièces de textile sur un métier à tisser.

"Si l'on veut utiliser les fibres de bananiers comme vêtement, un traitement de surface est nécessaire", explique Andrea Weber-Marin, qui a participé au projet. "Nous avons déjà quelques idées pour rendre ces fibres plus souples".

Capacité concurrentielle

La prochaine étape serait d'examiner comment ce processus pourrait être standardisé pour une production industrielle et quels en seraient les coûts. "Comme il s'agit d'un déchet de la production alimentaire, la fibre reste sans doute concurrentielle en terme de coûts, malgré une étape de raffinage", estime la chercheuse.

Les fibres de bananier pourraient à l'avenir couvrir en tout cas une partie des besoins en coton et ainsi libérer des surfaces pour la production alimentaire, selon elle: "Il s'agirait en tout cas d'un bon complément à la palette des textiles naturels." Les nouvelles fibres peuvent être teintes de la même manière que le coton, tout en étant plus résistantes, comme celles de chanvre ou de lin.

ats/sjaq

Publié le 26 décembre 2018 à 14:43 - Modifié le 26 décembre 2018 à 14:53

Matériaux composites et tapis

Sans étape de raffinage, les fibres de bananier peuvent d'ores et déjà être apprêtées sous forme de tapis ou pour renforcer des matériaux composites.

Ce projet n'est qu'un premier pas. Pour que ce produit parvienne à percer, il faut dans les pays de production des partenaires forts désireux d'investir dans l'infrastructure nécessaire, souligne Tina Moor.