Modifié le 13 décembre 2018 à 08:53

Doris Leuthard: "Pour 2050, l’objectif c'est la neutralité carbone"

COP24 à Katowice en Pologne: dernière participation de Doris Leuthard.
COP24 à Katowice en Pologne: dernière participation de Doris Leuthard. 19h30 / 2 min. / le 12 décembre 2018
En marge de la Conférence de l’ONU sur le climat, la COP24, où elle se rendait pour la dernière fois comme conseillère fédérale, Doris Leuthard se rallie mercredi à ceux qui fixent à 2050 l’exigence d’une sortie complète des énergies fossiles.

Entre 70 et 85%. Telle est actuellement la fourchette formulée par la Confédération pour les objectifs de réduction des émissions de CO2 pour la Suisse à l'horizon 2050. Alors que l'Office fédéral de l'environnement a reçu le mandat d'approfondir cette question, Doris Leuthard a confié à la RTS sa conviction, viser le zéro carbone: "C'est clair, 2050, ça devrait être neutre. Pour tout le monde, la Suisse aussi. On est déjà des bons élèves mais c'est une piste à suivre: être neutre pour le carbone en 2050."

Cet objectif zéro émission nette de CO2 pour le tournant du siècle s'impose de plus en plus largement parmi les acteurs politiques qui défendent une lutte rigoureuse contre le changement climatique. Une exigence renforcée par le récent rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) qui alerte sur l'impact plus important qu'estimé jusqu'ici d'un réchauffement même limité à 1,5 degré.

"Une chance l'année prochaine"

La déclaration de Doris Leuthard intervient à deux semaines de la fin des son mandat de conseillère fédérale, après huit années passées à la tête du département en charge de l'Energie. Elle défendait cette semaine devant le Conseil national une révision de la loi sur le CO2 visant une baisse de 50% des émissions d'ici 2030 par rapport à 1990, objectif officiel de la Suisse dans ses engagements internationaux.

Réunis à Katowice pour la 24ème conférence de l'ONU sur le climat, les quelque 190 Etats signataires de l'accord de Paris doivent s'entendre sur un texte fixant les règles de sa mise en œuvre. Face aux divergences qui demeurent, Doris Leuthard a déclaré à la RTS qu'il valait mieux ne pas avoir de règles du jeu à ce stade que des règles qui soient totalement affaiblies. "On a une chance aussi l'année prochaine si on ne trouve pas de solution ici à Katowice."

A trois jours de l'issue de la conférence, le secrétaire général de l'ONU est venu une nouvelle fois exhorter les Etats à se mettre d'accord. Un appel solennel assumé: "Ne rien faire serait non seulement immoral, mais aussi suicidaire!", a lancé Antonio Guterrez.

Pascal Jeannerat/interview: Natalie Bougeard/gma

>> Ecouter l'interview de Doris Leuthard dans La Matinale:

La conseillère fédérale Doris Leuthard.
Alessandro della Valle - Keystone
La Matinale - Publié le 13 décembre 2018

Publié le 12 décembre 2018 à 21:31 - Modifié le 13 décembre 2018 à 08:53