Modifié le 21 août 2012 à 09:53

La proposition de prélever l'ADN des requérants d'asile divise

Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire NE, membre de la commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse
La suggestion d'Olivier Guéniat est qualifiée de "bazooka pour attraper des mouches". [Sandro Campardo - Keystone]
Prélever l'ADN des requérants d'asile comme l'a proposé le chef de la police jurassienne Olivier Guéniat laisse sceptique les journaux suisses. Le Quotidien Jurassien privilégie d'autres mesures, tandis que Le Courrier s'inquiète de dérapages. Dans le reste de l'actualité, 24 heures relate les déboires de la police lausannoise, en sous-effectif. A l'étranger, la Suisse en prend pour son grade dans un clip visant le candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney.

Le fichage ADN des requérants peine à convaincre

La proposition émise dimanche par le chef de la police jurassienne Olivier Guéniat de récolter systématiquement les profils ADN des requérants d'asile interroge autant qu'elle agace. Surpris, l'éditorialiste du Quotidien Jurassien privilégie l'accélération des demandes d'asiles, mesure la plus urgente à ses yeux. Les délais d'attente favorisent des comportements oisifs et délictueux chez des jeunes sans scrupules face à une richesse qui leur reste inaccessible, écrit-il. La formule choisie par Le Courrier est plus évocatrice: "Un bazooka pour attraper des mouches". Et de questionner l'utilité de stigmatiser une population déjà marginalisée. Le fichage génétique n'est pas une pratique anodine, prévient l'éditorialiste de l'hebdomadaire, qui se demande ironiquement pourquoi s'arrêter aux seuls requérants d'asile...

Climat tendu à la police lausannoise

A gauche comme à droite, le constat est unanime, selon 24 heures: Lausanne a mal à sa police. Le quotidien décrit un commandant de police pris entre sa base exaspérée et les critiques des politiques. Dans le viseur, le code déontologique instauré en 2008. "Aujourd'hui, se plaint Jean-Denis Geinoz, président de l'Association des fonctionnaires de police de Lausanne, les agents préfèrent ne plus intervenir de peur de se faire dénoncer par un collègue." Les démissions se multiplient et les effectifs sont dépassés, selon lui. Le journal vaudois s'attend ainsi à de vifs débats lors du prochain Conseil communal. Le directeur de la sécurité publique Marc Vuilleumier est sur la sellette.

Mitt Romney et la Suisse moqués dans un clip

Une Heidi qui glorifie la vie sans taxe aux côtés du candidat républicain à la présidentielle américaine Mitt Romney. C'est la trame d'un clip réalisé par l'équipe de campagne de son adversaire démocrate Barack Obama et dans lequel la Suisse est pastichée. Mitt Romney y est dépeint comme "le seul candidat de l'histoire à avoir un compte en Suisse". Les concepteurs de la "Romney girl" (Heidi) ont créé tout un imaginaire autour de leur héroïne, raconte 20 Minutes. Bernoise, son père est engagé chez Nestlé en plus d'être fabriquant de coucous. Elle a travaillé à Genève chez UBS en tant que conseillère spécialisée dans les comptes offshore avant de s'installer dans le Nevada. Nestlé et UBS n'ont pas souhaité commenter.

Lego n'a pas le monopole de la brique

Après plus de 10 ans de procédures, la décision du Tribunal fédéral (TF) est tombée: les briques Lego peuvent être copiées en Suisse. Il n'y a donc aucune protection de marque pour les formes des briques, explique le Blick. Le TF a ainsi statué dans le même sens que la Cour de justice européenne et la Cour fédérale allemande.

Maurice Doucas et Jean-François Moulin avec bkel

Publié le 21 août 2012 à 09:29 - Modifié le 21 août 2012 à 09:53