Modifié le 03 novembre 2018 à 15:48

Polémique à Yverdon autour du projet de transformation de la place d'Armes

La place d'Armes à Yverdon sera entièrement repensée à l'horizon 2022.
Le projet de parking de la place d'Armes créé la discorde à Yverdon-les-Bains Le 12h30 / 1 min. / le 03 novembre 2018
Le futur parking de la place d'Armes, grand projet urbanistique d'Yverdon-les-Bains (VD), est au coeur de débats politiques. Un tous-ménages du PLR a notamment cristallisé les critiques autour de cette réalisation.

Il y a un mois, la municipalité présentait son préavis, notamment le partenariat public-privé et les montants nécessaires pour assumer le coût de cette infrastructure.

Vendredi, les habitants d'Yverdon-les-Bains ont reçu chez eux un bulletin d'informations du PLR, qui fait la part belle à ce parking souterrain. Ce qui irrite passablement la gauche. Dans la foulée, le parti socialiste s'est fendu d'un communiqué pour faire part de ses critiques.

Prise de position critiquée

"On a un projet municipal, avec une municipalité collégiale, différentes formations politiques qui y sont représentées", explique Julien Wicki, conseiller communal PS. "Le PLR, en sortant ce tous-ménages à ce moment-là, en fait un projet PLR, alors que c'est un projet de la municipalité", dénonce-t-il.

"Ce que nous critiquons, c'est que non seulement ils se sont approprié le projet, mais ils ont défendu ce projet-là uniquement, et aucune autre variante. C'est très problématique, alors que le conseil communal n'a même pas commencé à en débattre."

Problème de timing

La gauche soulève aussi un problème de timing, alors que le préavis de la Municipalité doit être débattu en séances de commission dès la semaine prochaine.

Enfin, à en croire le PS, le tous-ménages du PLR met la pression avant l'heure, en parlant de ce parking de 1000 places comme du "seul choix crédible pour le futur". Or, les socialistes attendent encore des précisions de la part de la municipalité, notamment sur les coûts réels qui incomberont à la collectivité.

Du côté du groupe PLR, le tous-ménages ne pose aucun souci: le sujet est prioritaire, et il fait partie des éléments publics qui entreront prochainement dans le débat politique.

Sarah Clément/kkub

Publié le 03 novembre 2018 à 13:06 - Modifié le 03 novembre 2018 à 15:48