Modifié

L'esprit trop militaire régnant à l'Académie de police de Savatan irrite

Académie de Police de Savatan: la formation fait débat [RTS]
Académie de Police de Savatan: la formation fait débat / 19h30 / 2 min. / le 20 avril 2018
L'Académie de police de Savatan (VD) fait l'objet de vives critiques contre ses méthodes et son style d'encadrement. En marge des reproches répétés, les autorités politiques ont mandaté une étude indépendante, a appris la RTS.

La discipline militaire à outrance, l'intensité de la violence durant certains exercices ou encore le décalage avec la réalité du métier de policier en Suisse, autant de reproches qui apparaissent dans des témoignages obtenus par la RTS et qui s'ajoutent à ceux publiés récemment dans la Tribune de Genève.

La polémique sur ces méthodes agite depuis plusieurs années l'Académie de police de Savatan, qui se charge de la formation des aspirants policiers des cantons et des communes vaudoises, valaisannes et, depuis deux ans, les aspirants du canton de Genève.

En décalage avec la réalité du terrain

La RTS a notamment rencontré Paul*, un jeune policier en fonction qui a récemment terminé les cours à Savatan. Il juge l'encadrement militaire trop sévère. Et les exercices décalés de la réalité: "à de nombreuses reprises, les instructeurs sortaient des Kalachnikov (ndlr: avec des balles en plastiques) ou des ceintures d'explosifs. On était tout le temps testé sur des situations extrêmes. Mais je le vois aujourd'hui dans mon activité, tous les citoyens ne sont pas des terroristes en puissance."

Un constat partagé par le syndicat de la police judiciaire genevoise, comme l'a montré la Tribune de Genève. "Il y a beaucoup de domaines où nous nous rendons compte qu'il y a des lacunes", relève dans le 19h30 Frédéric Mulmann, président du syndicat de la police judiciaire. "En effet, les acquis élémentaires que nous sommes en droit d'attendre lorsque les policiers arrivent dans les brigades ou à leurs postes, ne sont pas à la hauteur."

Des reproches documentés en 2015 déjà

Ces propos résonnent avec le témoignage de plusieurs anciens aspirants. Eux aussi pointent du doigt le côté trop militaire de la formation: levée du drapeau, chants martiaux, discipline de fer, des exercices où la violence est poussée parfois à son paroxysme, au risque d'atteindre à l'intégrité physique des aspirants.

D'autres font état de pressions psychologiques, parfois d'humiliations, de la part de certains instructeurs. Aucun de ces témoignages n'a mené au dépôt d'une plainte pénale.

La psychologue Noelia Aradas, qui a donné des cours à Savatan entre 2010 et 2013, a recueilli et consigné seize témoignages, avec le soutien de Frédéric Maillard, analyste en pratiques policières connu pour ses reproches contre les méthodes de Savatan. Leur travail a été transmis en 2015 aux autorités vaudoises et valaisannes.

Mesures attendues après une étude indépendante

Ces dernières ont alors commandé une enquête de satisfaction auprès des aspirants avec pour résultat des avis très satisfaisants, selon le Département vaudois de la sécurité. De son côté le directeur de l'école, Alain Bergonzoli, rappelle avoir introduit ces dernières années de nombreux changements. Par exemple, deux psychologues travaillent désormais sur site afin de renforcer la dimension humaine lors des interventions.

"Nous avons toujours cherché à améliorer la pédagogie, notamment en associant des techniques sur l’emploi de la force, avec celles de désescalades développée par la psychologie policière. Donc aujourd’hui nous arrivons à un programme assez abouti, qui est monté en puissances ces deux trois dernières années."

Nous avons toujours cherché à améliorer la pédagogie

Alain Bergonzoli, directeur de l'Académie de police de Savatan. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Alain Bergonzoli, directeur de l'Académie de police de Savatan

Mais en marge de ces changements et des critiques, le canton de Vaud et la direction de l'école ont récemment mandaté une étude indépendante, comme l'a confirmé à la RTS la conseillère d'Etat vaudoise Béatrice Métraux. Son objectif est de faire le point sur les méthodes d'enseignement et le style d'encadrement à l'Académie.

Les conclusions de cette étude, pour l'heure confidentielles, seront débattues la semaine prochaine par le Comité directeur de l'Académie. Des changements dans les orientations de l'école pourront être proposés, précise la conseillère d'Etat vaudoise.

Manon Germond/Marc Menichini/lgr

*Prénom d'emprunt

>> Ecouter aussi le reportage de l'émission Forum:

Des aspirants policiers lors d'une journée de l'Académie de police à Savatan. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
L'esprit trop militaire régnant à l'Académie de police de Savatan irrite / Forum / 4 min. / le 20 avril 2018
Publié Modifié