Modifié le 29 mars 2018 à 10:41

Enquête sur les failles du système étatique vaudois après une affaire d'inceste

Protection de la jeunesse: visée par une enquête
Protection de la jeunesse: visée par une enquête 19h30 / 1 min. / le 28 mars 2018
Depuis mi-mars, un père fait face à la justice vaudoise pour abus sur ses enfants. Une enquête interne devrait être ouverte sur d'éventuels manquements de la Protection de la jeunesse, a indiqué Jacqueline de Quattro à RSI.

Le calvaire a duré plus de dix ans dans une maison de la campagne vaudoise. Dès leur plus jeune âge, les enfants, nés entre 1996 et 2014, ont régulièrement été frappés, selon l'accusation. Puis leur père aurait commencé à commettre des actes d'ordre sexuel sur une de ses filles lorsqu'elle avait 8 ans. Les garçons n'auraient pas été épargnés.

Des maltraitances qui auraient eu lieu malgré l'intervention du Service de protection de la jeunesse (SPJ). Au total, 34 professionnels ont oeuvré sur ce dossier, sans se rendre compte de la gravité des faits.

>> Voir le reportage de Mise au Point sur cette affaire:

L’horreur à huis-clos

"Nous avons décidé d'ouvrir une enquête pour aller au fond des choses"

Pourquoi le SPJ a-t-il échoué à protéger ces enfants? Le Conseil d'Etat vaudois semble déterminé à faire la lumière sur cette affaire.

"Tout un réseau a été mis en place pour les enfants, afin de venir en aide à la famille, mais on voit que cela n'a pas fonctionné", explique dans le 19h30 de mercredi la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro. "Est-ce un problème de coordination? Chaque métier a-t-il travaillé dans un silo? Au Conseil d'Etat, nous avons décidé d'ouvrir une enquête pour aller au fond des choses."

Selon les informations de la RTS, le sujet était au menu des discussions du gouvernement vaudois mercredi matin. Mais rien n'a filtré officiellement. Les autorités préfèrent garder le silence jusqu'à jeudi ou mardi prochain.

Accumulation de rapports

Car l'affaire défraie la chronique, tant par les faits reprochés que par leur durée. En couple depuis l'âge de 18 ans, les parents souffrent tous deux d'un retard intellectuel. Mariés à 20 ans, ils ont eu huit enfants.

Incapables de leur donner un cadre éducatif adéquat, ils ont été dépassés. Les service sociaux sont intervenus dès 1997. Les rapports sur de possibles mauvais traitements se sont accumulés au fil des années. Insuffisant selon le SPJ pour deviner la gravité des faits, d'autant plus que les enfants sont restés muets.

Pour que cesse l'enfer, il a fallu que l'aînée des enfants, aujourd'hui jeune adulte, dénonce ses parents en 2015 et porte plainte pénale.

Devant les juges, le père, principal prévenu, a nié toutes les accusations. La mère est quant à elle accusée de violences sur ses enfants et de complicité dans les actes sexuels. Le Ministère public a requis 16 ans d'emprisonnement contre le père et trois ans contre la mère. Le verdict doit être prononcé jeudi à Yverdon-les-Bains.

Reportage: Patrick Le Fort

Adaptation web: Tamara Muncanovic

Publié le 28 mars 2018 à 20:29 - Modifié le 29 mars 2018 à 10:41