Modifié le 17 novembre 2017 à 09:04

Nouveau rebondissement dans l’affaire opposant Orllati à Bernard Nicod

Le terrain exploité par Orllati à Bioley-Orjulaz.
Le terrain exploité par Orllati à Bioley-Orjulaz. [RTS - RTS]
La RTS a obtenu la copie d'une convention signée par l'Etat de Vaud et le groupe Orllati. Celle-ci contredit des soupçons formulés par un dénonciateur anonyme lié au promoteur immobilier Bernard Nicod à l'encontre de la société de démolition.

Le Temps révélait mercredi que Bernard Nicod SA était sous le coup d’une enquête pour calomnie, après avoir fait colporter des accusations de pollution contre une société rivale, Orllati. Le groupe avait transmis des informations à un "corbeau", qui les avait envoyées aux médias.

>> Lire aussi: Le promoteur Bernard Nicod empêtré dans une rocambolesque affaire

Le "corbeau, identifié par la suite comme étant l'ex-rédacteur en chef de 24 heures Fabien Dunand, accusait Orllati d’utiliser illégalement une parcelle classée zone naturelle protégée à Bioley-Orjulaz, mais appartenant à l’Etat de Vaud.

>> La parcelle de Bioley-Orjulaz vue du ciel:

Le terrain de Bernard Nicod
L'actu en vidéo - Publié le 16 novembre 2017

La RTS a obtenu jeudi la convention liant le canton et LMT SA, société du groupe Orllati SA. Celle-ci démontre que l’entreprise avait le droit d’exploiter la parcelle à condition que des contrôles écologiques soient effectués et qu'elle effectue des travaux d'entretien.

A noter que l’accord a été signé le 2 mai 2017 et que les images jointes à la convention montrent une utilisation de la parcelle remontant à janvier 2017.

Séverine Chave, Yannick Bacher

Publié le 16 novembre 2017 à 19:26 - Modifié le 17 novembre 2017 à 09:04