Modifié le 03 octobre 2017

Le canton de Vaud va se doter d'une "help-line" contre les extrémismes

La police cantonale vaudoise (image d'illustration).
La police cantonale vaudoise (image d'illustration). [Laurent Gillieron - Keystone]
Le Grand Conseil a adopté mardi à l'unanimité une motion demandant la création d'une permanence téléphonique, ou "help-line" pour prévenir la radicalisation.

Déposée en novembre 2016, la motion de la Vert'libérale Claire Richard s'inspire du modèle genevois. Une "help-line" a été mise en place au bout du lac afin de permettre de lutter contre les dérives de personnes qui finissent par devenir fanatiques et veulent passer à l'action violente à l'étranger ou chez eux.

La députée a souligné qu'il fallait agir sans peur ni paranoïa, mais de manière "pragmatique, sans attendre et proche du terrain". Elle a relevé que Bienne venait aussi se doter cet été d'un dispositif de cette nature.

Gérée par la police

Tous les groupes politiques ont apporté leur soutien à la motion qui prévoit "un outil simple" au service des familles confrontées à cette problématique douloureuse.

La "help-line" sera gérée par la police et visera la lutte contre les extrémismes en général, a souligné la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. Un plan d'action général sera présenté d'ici la fin de l'année. Des moyens ont été prévus au budget.

ats/fme

Publié le 03 octobre 2017 - Modifié le 03 octobre 2017