Modifié le 19 décembre 2016

Lausanne veut agir contre le phénomène du harcèlement de rue

Le harcèlement de rue.
Lausanne veut agir contre le phénomène du harcèlement de rue Le 12h30 / 1 min. / le 19 décembre 2016
Plus de 70% des femmes âgées entre 16 et 25 ans déclarent avoir été victime de comportements déplacés cette année dans les rues lausannoises. La Municipalité entend agir contre le phénomène.

Les femmes, et plus particulièrement les jeunes, éprouvent un fort sentiment d'insécurité, révèle un rapport publié lundi par les autorités de la capitale vaudoise.

Nombreux comportements déplacés

Les résultats de l'enquête menée par l'Observatoire de la sécurité lausannois, l'institut Idiap et l'EPFL sont clairs: une très grande majorité de femmes, mais aussi de personnes homosexuelles, bisexuelles ou transgenre, font l'objet de regards insistants, de sifflements, de commentaires déplacés ou d'avances sexuelles en tout genre. Plus de 30% des personnes interrogées disent même avoir subi des attouchements au cours des douze derniers mois.

A l'origine de ce harcèlement se trouvent le plus souvent des groupes de jeunes hommes. Ces derniers sévissent en pleine rue, dans les parcs, les bars, les restaurants, les discothèques ou encore à la gare CFF.

Dissuasion, sensibilisation et prévention

Sur la base de ce constat, la Municipalité annonce sa volonté de collaborer activement avec différents partenaires publics, parapublics et privés pour lutter contre le phénomène. L'objectif est de garantir la sécurité et d'améliorer convivialité et qualité de vie des lieux publics. Cela passera notamment par une amélioration de l'éclairage, une présence dissuasive, la sensibilisation ou encore la prévention.

Les autorités lausannoises se donnent jusqu'à l'été prochain pour améliorer les aménagements et renforcer la capacité de réaction des acteurs de la sécurité au sens large.

Michael Peuker/oang

Publié le 19 décembre 2016 - Modifié le 19 décembre 2016