Modifié

Les conditions d'élevages dans trois porcheries vaudoises sous enquête

Capture d'écran de la vidéo publiée mardi par la fondation TVMart.ch [http://www.mart.ch/]
Une vidéo dénonce des conditions insalubres dans trois porcheries vaudoises / Le 12h30 / 1 min. / le 8 septembre 2016
Le vétérinaire cantonal vaudois a ouvert une enquête à la suite de la publication sur internet d'une vidéo tournée dans trois porcheries montrant des bêtes détenues dans des conditions insalubres.

Sur la vidéo publiée mardi par le Mouvement pour les animaux et le respect de la terre (Mart), on peut voir des dizaines de porcs entassés dans une structure en béton, sans lumière ni fenêtres avec, au sol, des excréments en guise de litière.

Certaines bêtes présentent des pustules, des rougeurs et d'autres signes d'infection. Dans deux des porcheries filmées, des cadavres se font même piétiner et mordre par leurs congénères.

Alors que la fondation Mart dénonce une violation des règles en vigueur, le vétérinaire cantonal a ordonné des vérifications. Il a toutefois précisé ne rien pouvoir affirmer avant la fin de l'enquête.

Conditions en règle, selon un propriétaire

Dans le quotidien 24 heures, l'un des propriétaires mis en cause affirme être en règle et songe d'ailleurs à porter plainte pour violation de domicile. L'homme serait locataire de plusieurs structures d'élevage dans lesquelles il fait engraisser ses animaux.

Contacté par la RTS, le propriétaire de l'un des bâtiments loués a précisé que son bien datait de la fin des années 1960. Il s'agit d'une vieille porcherie qui ne répond plus, techniquement, aux normes en vigueur.

Adoptée en 2008, la révision de l'ordonnance fédérale sur la protection des animaux impose en effet de nouvelles normes de détention. Face à l'ampleur de la tâche et aux investissements nécessaires, la Confédération a accordé aux éleveurs un délai transitoire de dix ans pour se mettre en règle. En pratique, tous les travaux de rénovations devront être terminés en septembre 2018.

Certains producteurs ont pris du retard dans ces aménagements. Le vétérinaire cantonal se veut malgré tout rassurant: les transformations sont en bonne marche dans la plupart des exploitations, affirme-t-il.

Une grande entreprise du secteur

Au moins deux des porcheries incriminées seraient exploitées par l'une des principales entreprises du secteur. Cette entreprise exploiterait près d'une trentaine de porcheries pour un total d'au moins 10'000 bêtes et fournit de la viande au grands distributeurs du pays.

Un cochon en route vers l'abattoir. [Georgios Kefalas) - key]Georgios Kefalas) - key
Au moins 2 porcheries incriminées exploitées par une grande entreprise du secteur / Le Journal du matin / 1 min. / le 9 septembre 2016

Michael Peuker/hend

Publié Modifié