Modifié le 09 janvier 2014 à 09:35

Le Conseil d'Etat vaudois veut lutter contre les excès d'alcool des jeunes

Contraierment aux bars ou aux manifestations, les magasins parviennent à limiter les ventes d'alcool aux mineurs.
Les nouvelles mesures concerneraient notamment une interdiction de la vente à l'emporter dans les magasins, bars et restaurants entre 20h et 6h [Nigel Treblin/ddp/dpad - ]
Un plan de mesures contre la consommation excessive d'alcool chez les jeunes a été annoncé mardi par le Conseil d'Etat. Répondant aux inquiétudes de certains députés, il sera soumis au Grand Conseil.

Le Conseil d'Etat vaudois a annoncé mardi qu'une série de modifications légales visant à faire diminuer la consommation d'alcool chez les jeunes, en particulier de la bière et des alcools forts, seraient proposées au Grand Conseil.

"Le constat est unanime et partagé: les jeunes consomment trop d'alcool, en particulier les soirs de week-ends dans les villes. De plus, les interdictions de vente d'alcool aux mineurs de moins de 16/18 ans sont peu respectées", explique le Conseil d'Etat dans un communiqué.

Inquiétudes

Répondant à plusieurs interventions parlementaires à ce sujet et à l'inquiétude de certains députés, le Conseil d'Etat propose de modifier la loi sur les auberges et les débits de boissons (LADB).

Le gouvernement vaudois entend ainsi protéger la jeunesse contre l'alcoolisme et les violences en agissant sur les horaires de vente, sur ce qui et autorisé à vendredi ou non et sur le type d'alcools vendus, tout en préservant l'avenir des acteurs de la restauration.

jvia

Publié le 07 janvier 2014 à 12:08 - Modifié le 09 janvier 2014 à 09:35

Les mesures proposées

- Interdiction de la vente à l'emporter d'alcools distillés et de bière de 20h à 6h dans les magasins, bars et restaurants.

- Introduction d'un "double horaire" possible pour les communes : interdiction de vente de l'alcool mais permission d'exploitation du commerce sans vente d'alcool.

- Interdiction de promouvoir la vente d'alcool par des méthodes agressives.

- Renforcement des sanctions et obligation de suivre une formation complémentaire en cas de manquements graves dans les domaines de la vente d'alcool, du droit du travail et du non respect des directives en matière d'hygiène. 

Formation des exploitants

La nouvelle loi renforcera également la formation professionnelle des futurs exploitants en élargissant les matières qui leur sont enseignées, mais aussi en les obligeant à suivre des formations complémentaires en cas de manquement grave.

De manière générale, au sens de la nouvelle loi sur les auberges et les débits de boissons, les connaissances des exploitants devront être élargies les produits locaux mis en valeur.