Modifié le 18 mars 2013 à 14:40

Une initiative vaudoise pour la prise en charge des soins dentaires

De plus en plus de Suisses renoncent aux soins dentaires dont les tarifs sont jugés exorbitants.
De plus en plus de Suisses renoncent aux soins dentaires dont les tarifs sont jugés exorbitants. [ - sandor kacso / fotolia]
La gauche de la gauche vaudoise s'apprête à lancer une initiative cantonale pour la prise en charge des soins dentaires de base par une assurance obligatoire.

Le POP et SolidaritéS Vaud vont lancer une initiative cantonale pour la prise en charge des soins dentaires de base. La récolte des signatures débutera à la fin août.

La gauche de la gauche espère fédérer un maximum de partis et associations autour de son texte.

"L'assurance-maladie ne rembourse pas les soins dentaires. Nous voulons pallier cette carence grave pour les revenus modestes et moyens", a expliqué lundi à la presse le député Jean-Michel Dolivo.

Prélevé sur les salaires

L'initiative cantonale demande la mise en place d'une assurance obligatoire pour les soins dentaires de base et la création d'un réseau de policliniques dentaires régionales.

Le financement de l'assurance sera assuré par un prélèvement sur les salaires. Le montant de ce prélèvement sera fixé par le Conseil d'Etat.

Selon les estimations des initiants, il pourrait atteindre 1%, payé pour moitié par les employés et pour moitié par les employeurs.  Ce système garantit un financement proportionnel au salaire.

ats/jgal

Publié le 18 mars 2013 à 12:38 - Modifié le 18 mars 2013 à 14:40

Un droit à inscrire dans la Constitution

L'initiative veut inscrire cette assurance dans la constitution vaudoise.

Une loi d'application définira ensuite le catalogue des prestations qui seront remboursées. "Elle devrait inclure l'orthodontie, mais pas les soins de confort", a dit Jean-Michel Dolivo.

La Constitution vaudoise stipule que toute personne a droit aux soins médicaux essentiels.

Or, les soins dentaires relèvent souvent du luxe pour les ménages modestes, a rappelé Pierre Raboud, membre de SolidaritéS.

Les initiants réclament un réseau de polycliniques dentaires régionales, pour que tous puissent avoir accès à ces soins de base.