Modifié

Lausanne sévit désormais contre les fraudeurs à la taxe au sac

Les employés communaux lausannois passent les sacs poubelle illégaux au crible. [Laurent Gillieron - Keystone]
Les employés communaux lausannois passent les sacs poubelle illégaux au crible. [Laurent Gillieron - Keystone]
La ville de Lausanne a commencé à amender les récalcitrants à la taxe au sac. La première amende a été transmise jeudi et plus de 300 personnes ont été identifiées par les services de la voirie.

Lausanne sévit contre les fraudeurs à la taxe au sac. Plus de 300 personnes ont été identifiées. Ce sera à la commission de police de prononcer les amendes. La facture pour les contrevenants sera de 370 francs au minimum, elle augmentera rapidement en cas de récidive.

"90% des Lausannois sont de véritables éco-citoyens. Seuls 5 à 10% des gens ne jouent pas le jeu", a indiqué jeudi à l'ats le municipal Olivier Français. La quantité de déchets végétaux récoltés a doublé en janvier, le volume de canettes de boissons en aluminium a fortement augmenté et la fréquentation des déchèteries a crû de 50%.

Quant aux récalcitrants, ils seront dénoncés dès cette semaine. Plus de 700 sacs non conformes ont été ramassés jusqu'ici, selon Fadi Kadri, chef du chef du Service assainissement de la ville. Ces sacs contenaient une large proportion de déchets recyclables (papier, verre, PET, etc), avec près de la moitié de leur poids.

Tas de sacs dans la rue

Des tas de sacs non taxés sont visibles dans la rue plusieurs jours durant, voire plusieurs semaines. Le temps de marquer les esprits, mais aussi parce que la voirie est surchargée. "Les services de ramassage sont débordés", a admis Olivier Français. Une opération spéciale de ramassage des sacs non taxés sera menée vendredi soir et samedi. Pas moins de 25 camions devront être engagés, aux frais du contribuable, a regretté le responsable de la Direction des travaux.

L'identification des fraudeur va bon train, en attendant leur dénonciation à la commission de police. La première a été transmise jeudi, a précisé Olivier Français. A l'amende proprement dite de 120 francs s'ajoute 50 francs de frais administratifs de la commission et 200 francs de frais de recherche. Soit un montant total de 370 francs pour un première infraction, et "nettement plus" en cas de récidive.

ats/nr

Publié Modifié