Modifié

Le doute plane sur des dizaines d'agressions au GHB à Lausanne

De nombreuses personnes auraient été droguées à leur insu au MAD (vidéo) [RTS]
De nombreuses personnes auraient été droguées à leur insu au MAD (vidéo) / Forum / 3 min. / le 2 novembre 2021
Selon des messages d'alerte circulant sur les réseaux sociaux, plusieurs étudiantes de l'Ecole hôtelière de Lausanne auraient été droguées à leur insu au MAD Club jeudi dernier. Pour l'heure, aucune victime ne s'est toutefois annoncée. La boîte de nuit a déposé plainte pour calomnie.

Sur Instagram le message n'en finit pas d'être reposté. "Quarante-neuf filles de l'EHL se sont fait droguer ce week-end à des soirées au MAD et ailleurs (...) par piqûres, c’est la nouvelle génération de drogue", indique la publication.

Le genre de message relayé sur les réseaux sociaux.Le genre de message relayé sur les réseaux sociaux.La direction du MAD a répondu mardi sur les réseaux sociaux que la soirée du jeudi 28 octobre a été organisée par l'EHL. La direction de la boîte de nuit a par ailleurs annoncé qu'elle avait déposé une plainte pénale pour calomnie (voir encadré).

Appel au calme

Dans un message électronique adressé à la presse, l'Ecole hôtelière explique pour sa part avoir pris connaissance mardi matin de la publication.

Elle ajoute que pour l'heure aucun cas n'a été signalé, ni par ses étudiantes, ni par les autorités. La police cantonale vaudoise a lancé quant à elle un appel au calme sur les réseaux sociaux, expliquant qu'aucun cas n'avait été déclaré.

Contacté par la RTS, le CHUV a indiqué qu'aucun cas de ce type n’a été accueilli aux urgences entre vendredi et dimanche.

Par ailleurs, l'injection de GHB via une piqûre n'est pas une méthode connue des polices vaudoises et genevoises.

>> Ecouter aussi l'épisode du Point J:

Logo Le point J [RTS]RTS
Sortir en boîte, c'est devenu si risqué? / Le Point J / 9 min. / le 3 novembre 2021

Hausse des agressions au GHB

L'organisateur de la soirée est entouré d'un certain flou. Selon le MAD, il s'agirait de l'EHL. Selon cette dernière en revanche, une association étudiante externe et indépendante aurait mis sur pied l'événement.

Rumeur fondée, fake news ou simple emballement sur les réseaux sociaux? Il est difficile d'en savoir plus à l'heure actuelle. La police lance un appel aux potentielles victimes pour qu'elles s'annoncent.

Les signalements d'agression au moyen de drogues dans les bars et les boîtes de nuit ont en tout cas augmenté en Europe. Au Royaume-Uni, depuis le mois de septembre, la police a reçu 140 rapports sur des incidents impliquant des boissons droguées et 24 impliquant des piqûres. Elle a depuis procédé à de premières arrestations.

Maria Blasco/gma

Publié Modifié

Le MAD décidé à obtenir la vérité

Interrogé mardi dans Forum, le co-directeur du MAD, Olivier Fatton, indique qu'une plainte pénale pour calomnie a été déposée pour faire la lumière sur cette affaire.

"Nous avons pu remonter à des comptes anonymes qui ont l'air assez bien organisés. Pour nous permettre de casser ces comptes, nous devons engager une plainte pénale. Ce qui nous permettra d'avoir la vérité", explique-t-il.

Le gérant de la boîte de nuit se défend par ailleurs de n'avoir pas pris l'affaire au sérieux. "Nous avons réagi dès l'apparition des premiers messages, contrairement à ce qui a été dit. Nous avons tout de suite communiqué sur les réseaux sociaux pour dire aux potentielles victimes de contacter la police ou le MAD. Jusqu'à présent, nous n'avons reçu aucun signe concret que ça ait pu exister. Nous sommes inquiets que ce type de choses se passe, mais aussi que ce genre d'informations puisse aller aussi vite et créer des rumeurs, en tout cas ce qui semble être une rumeur pour l'instant", signale Olivier Fatton.

>> L'interview d'Olivier Fatton dans Forum:

Olivier Fatton réagit à la rumeur d’étudiants drogués au MAD (vidéo) [RTS]
Olivier Fatton réagit à la rumeur d’étudiants drogués au MAD (vidéo) / Forum / 4 min. / le 2 novembre 2021