Modifié

Peine de prison à vie pour l'auteur du double assassinat de Payerne

Le prévenu avait agi pour faire "payer" son épouse, selon le tribunal (image prétexte). [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Peine de prison à vie pour l'auteur du double assassinat de Payerne / Le Journal horaire / 37 sec. / le 23 août 2021
Un quinquagénaire portugais a été condamné à la prison à vie lundi à Renens. Il a été reconnu coupable du double assassinat de sa femme et de son fils aîné, criblés de balles dans leur appartement de Payerne en avril 2018.

La Cour criminelle de la Broye et du Nord vaudois, délocalisée pour l'occasion à Renens, a relevé que l'accusé avait agi "avec l'extrême froideur de l'assassin" en se livrant à une "exécution pure et simple" de sa femme et de son fils.

Armé d'un pistolet et de deux chargeurs, ce maçon de 53 ans s'était rendu en début de soirée du 25 avril 2018 dans l'appartement de sa femme.

Une altercation avait éclaté et un premier coup avait été tiré en direction du fils aîné de 18 ans, qui prenait la défense de sa mère. Le père s'était ensuite acharné en tirant à 30 reprises sur sa femme et son fils. À court de munitions, il avait pris la fuite chez des connaissances, avant de se rendre à la police durant la nuit.

Un acte qui fait suite à des années de violences

Sa façon d'agir a été "atroce" et les circonstances du crime "effroyables", a déclaré le président du tribunal Donovan Tesaury, dénonçant encore "la barbarie sans limite" de l'accusé.

Les juges, qui siégeaient pour l'occasion à Renens, ont notamment souligné que cet amateur d'armes avait visé avec méthode, rechargé son pistolet au cours de la fusillade et qu'il s'était déplacé dans l'immeuble pour rattraper et achever son fils.

Son crime était par ailleurs prémédité: avant de se rendre chez son épouse, dont il vivait séparé, il était passé à son domicile pour chercher un pistolet et deux chargeurs.

La Cour a jugé que le prévenu avait agi pour faire "payer" son épouse, qui avait quitté le domicile conjugal après avoir enduré plusieurs années de violences physiques et orales.

Responsabilité pénale "pleine et entière"

Interrogé lundi dernier face à la Cour, le Portugais n'était pas parvenu à expliquer un tel carnage, affirmant ne pas se souvenir de la scène.

Le président du tribunal a rappelé lundi que les experts psychiatriques avaient conclu que la responsabilité pénale de l'accusé était "pleine et entière".

Outre l'assassinat, le crime le plus grave retenu par le Code pénal, le Portugais a été reconnu coupable de lésions corporelles simples qualifiées, de menaces qualifiées et d'infraction à la loi fédérale sur les armes. Il a également été sanctionné d'une expulsion du territoire suisse, au terme de sa peine.

Pour mémoire, en Suisse, la prison à vie ne signifie pas forcément que le condamné va terminer sa vie derrière les barreaux. Une libération conditionnelle peut théoriquement être demandée après 15 ans.

Probable appel

L'avocat du condamné a expliqué qu'il ferait "a priori" appel de ce jugement "extrêmement sévère". Il a regretté que ses explications n'aient pas été retenues, notamment sur l'incapacité de son client à maîtriser la violence en lui, héritée d'une enfance très difficile.

De son côté, la procureur Elodie Pasquier a dit sa "satisfaction" d'avoir été suivie sur toute la ligne par le tribunal.

ats/aes

Publié Modifié