Modifié

Le canton de Vaud envisage aussi de limiter les mandats communaux

Bulletin de vote de la liste du conseil communal à Daillens lors du premier tour des élections générales communales. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]
Le canton de Vaud envisage de limiter le nombre de mandats de ses élus politiques / La Matinale / 1 min. / le 22 juillet 2021
Le canton de Vaud réfléchit à limiter à trois le nombre de mandats pour les élus politiques, à l'échelle cantonale mais aussi communale. Une loi a été proposée en ce sens afin de favoriser le renouvellement des élus et répondre à la pression des jeunes qui veulent entrer en politique. Le projet peine à séduire les communes.

Si cette limitation de la longévité politique des élus venait à être acceptée, il s'agirait d'une première en Suisse au niveau des Parlements communaux. "A ma connaissance, il n'y a que les exécutifs du canton d'Obwald pour lesquels une limitation de 16 ans existe", remarque Andrea Pilotti, politologue à l'Université de Lausanne.

La proposition vaudoise interroge toutefois le spécialiste des communes: "Au niveau cantonal cela peut avoir du sens et bénéficie ainsi d'un certain soutien, mais au niveau communal, la question s'avère plus problématique."

Renouvellement difficile

A chaque élection, plusieurs des 304 communes vaudoises peinent à trouver de nouveaux volontaires, principalement dans les villages.

>> Lire aussi: Les communes vaudoises peinent à remplir leurs listes pour les élections

La proposition de limiter la longévité des mandats politiques est donc accueillie avec scepticisme par le président de l'Association des communes vaudoises Michel Buttin. "Il est difficile de trouver de la relève, c'est aussi pour cela que certains syndics et municipaux restent, faute de combattants."

Lors de la législature 2016-2021, il y a eu 295 démissions sur 1650 élus communaux. Presque un élu sur cinq jette ainsi l'éponge en cours de mandat, pour un taux d'abandon de 18%.

>> Lire aussi: Elire un municipal est une chose, mais le garder en est une autre

Ce dernier est toutefois resté stable depuis trois législatures, mais le renouvellement des jeunes politiciens doit encore se confirmer au niveau communal.

Une réalité communale différente

Pour la syndique PLR de Bussigny et présidente de l'Union des communes vaudoises Claudine Wyssa, la proposition de loi n'est pas non plus une bonne idée. Selon elle, la question du renouvellement politique se pose très différemment dans les petites communes, en comparaison avec d'autres instances politiques telles que le Grand Conseil vaudois ou les exécutifs cantonaux.

"Les élections dans ces communes sont rarement partisanes. On recherche les gens différemment. L'engagement d'une personne candidate à une élection communale est beaucoup plus engendré par une envie de s'engager et une notion de service à la communauté."

Le projet n'aurait pas non plus d'effet incitatif auprès des jeunes, estime Claudine Wyssa, qui rappelle que lors des dernières élections communales, des changements se sont opérés et plusieurs députés n'ont pas été réélus.

"Je pense que c'est une loi qui ne sera pas adaptée à toutes les situations, étant donné la diversité des communes que l'on connaît dans le canton de Vaud", a-t-elle conclu.

>> L'interview de Claudine Wyssa dans La Matinale:

Le canton de Vaud pense limiter à trois le nombre de mandats des élus politiques: interview de Claudine Wyssa (vidéo) [RTS]
Le canton de Vaud pense limiter à trois le nombre de mandats des élus politiques: interview de Claudine Wyssa (vidéo) / L'éclairage d'actualité / 6 min. / le 22 juillet 2021

Xavier Alonso/iar

Publié Modifié