Publié

Le faux tombeau de la reine Berthe a été ouvert à l'Abbatiale de Payerne

Les restes de la reine Berthe sont-ils dans un sarcophage sur le site de l'Abbatiale de Payerne ? [RTS]
Les restes de la reine Berthe sont-ils dans un sarcophage sur le site de l'Abbatiale de Payerne ? / 19h30 / 2 min. / le 20 mai 2021
Le "faux" tombeau de la figure mythique de la reine Berthe de Souabe a été ouvert jeudi sur le site de l'Abbatiale de Payerne (VD). Installé en 1818 dans l'église paroissiale, le sarcophage, encore jamais ouvert, a révélé un crâne entier et des ossements humains.

Le contenu retrouvé dans une caissette en bois entourée d'un tissu de coton blanc et placé dans un sarcophage moyenâgeux va désormais être analysé au carbone 14. Les résultats devraient être connus d'ici la fin juin, selon Anne-Gaëlle Villet, directrice et conservatrice de l'Abbatiale de Payerne. "Il y a une éventualité minime pour que ces restes soient ceux de la reine Berthe. Personnellement, je ne le pense pas", a-t-elle expliqué.

"Le crâne est entier et parmi les ossements, on a déjà pu repérer le bassin et les jambes d'un corps humain. On ne sait pas pour l'instant s'il s'agit des os d'un même individu ou de plusieurs personnes", précise la responsable. Il se pourrait qu'il s'agisse de quelqu'un d'important, homme ou femme, ou d'un moine, selon elle.

Un crâne et des ossements humains, lors de l'ouverture du tombeau de la Reine Berthe, dans l'église paroissiale. Abbatiale de Payerne, le 20 mai 2021. [Anthony Anex - Keystone]Un crâne et des ossements humains, lors de l'ouverture du tombeau de la Reine Berthe, dans l'église paroissiale. Abbatiale de Payerne, le 20 mai 2021. [Anthony Anex - Keystone]

"Très précieux"

"Ce qui est intéressant, c'est que cette découverte correspond aux sources dont on dispose, liées aux fouilles effectuées en 1817 par le colonel François-Rodolphe Dompierre, ayant découvert ledit sarcophage et plusieurs ossements disséminés. C'est très précieux. Cela nous permettra d'en savoir plus sur cette période à Payerne", souligne Anne-Gaëlle Villet.

Berthe de Souabe, née vers 907, a été reine consort de Bourgogne et l'épouse du roi Rodolphe II dès 933. Après le décès de ce dernier, elle se marie avec le roi d'Italie Hugues d'Arles à Colombier (NE) en 937, où elle résidait pour l'essentiel. Elle est décédée en 961 et a été inhumée quelque part à Payerne.

Communément appelé le tombeau de la reine Berthe, le sarcophage ouvert jeudi n'est pas précisément celui de cette figure historique. Si sa fille Adelaïde de Bourgogne l'a probablement bien ensevelie dans l'Abbatiale vers l'an 1000, son tombeau d'origine n'a jamais été retrouvé ni ses ossements. Le tombeau "bis" a finalement été aménagé en 1818 dans l'église paroissiale sur le site de l'Abbatiale, mais ce n'est donc pas son emplacement d'origine.

La Reine Berthe et les fileuses, tableau d'Albert Anker, 1888.  [Wikimedia - Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne]La Reine Berthe et les fileuses, tableau d'Albert Anker, 1888. [Wikimedia - Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne]

Enquête archéologique pour le public

Les responsables de l'Abbatiale de Payerne avaient lancé l'an dernier un jeu d'enquête archéologique au public autour du mystérieux "Tombeau de la Reine", avec l'objectif de découvrir l'emplacement initial du sarcophage de la reine Berthe, via des énigmes à résoudre pour trouver neuf indices.

Cette "exploration archéologique", inédite en Suisse, devait permettre au public de suivre les recherches de spécialistes et de comprendre comment les investigations archéologiques, historiques et anthropologiques se déroulent en vrai. Elle se poursuite encore jusqu'au 6 juin. L'heureux gagnant recevra 10'000 francs en pièces d'or reconvertibles. Performances artistiques et visites guidées contées autour de la reine Berthe étaient aussi proposées.

ats/sjaq

Publié

Travaux de restauration

La plus grande église romane de Suisse est sortie l'été dernier de plus de dix ans de travaux qui ont permis de la restaurer et d'élaborer un nouveau parcours de découverte pour les visiteurs.

Classée monument historique depuis 1900, elle a été rénovée pour près de 20 millions de francs: 8,5 millions à la charge de Payerne, 4,6 millions de la part de la Confédération, environ 2 millions pour le canton de Vaud et le reste pour des partenaires privés.