Modifié

Dans le canton de Vaud, les déplacements pour les loisirs augmentent

La mobilité des Vaudois a fortement augmenté depuis 2005, notamment dans le domaine des loisirs et à cause de l'aviation. [Martial Trezzini - Keystone]
Les Vaudois se déplacent davantage pour leurs loisirs, et surtout en avion / Le Journal horaire / 33 sec. / le 13 février 2021
La mobilité dans le canton de Vaud a fortement augmenté depuis 2005, révèle une étude publiée samedi. Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone fixé à une tonne de CO2 par personne, chaque individu devrait diviser ses émissions liées à la mobilité par dix.

Selon cette étude du bureau 6t, réalisée pour le canton de Vaud et citée samedi par le journal 24 heures, les Vaudoises et Vaudois se déplacent plus souvent et sur de plus longues distances qu'auparavant.

En 2015, bien avant la crise du Covid-19, une personne résidant dans le canton a parcouru en moyenne 26'656 km, soit une hausse de 36% par rapport à 2010. Elle a ainsi consommé 64 GJ d’énergie, soit 4,3 tonnes de CO2, 11 kg d’oxyde d’azote et 0,96 kg de particules fines (PM10), pour ses seuls besoins en mobilité, estime l'étude.

Loisirs et avions en cause

Les déplacements liés aux loisirs, comme aller au restaurant, ont le plus augmenté entre 2010 et 2015 (+8%). Les distances totales parcourues pour ces motifs ont crû de 48%. Après les loisirs, ce sont les achats et la consommation de services qui ont entraîné le plus de déplacements en 2015. La distance moyenne s’est cependant réduite, impliquant des déplacements plus fréquents mais moins loin.

>> Lire aussi: Le canton de Vaud veut encourager la mobilité douce pour les loisirs

La distance moyenne parcourue lors de voyages avec nuitées s'est allongée, en particulier pour ceux effectués à l'étranger (+71%) entre 2010 et 2015. Cette croissance conséquente de la mobilité longue distance observée est en très grande partie due à l'usage croissant de l’avion, relève l'étude. En 2015, la distance moyenne parcourue en avion était de 10'687 km, soit 6158 km de plus qu'en 2010 (+136% en 5 ans et de 227% en 10 ans). En comparaison, les distances parcourues en train n’ont augmenté que de 9% entre 2010 et 2015.

La croissance des distances parcourues à l'étranger par les personnes résidant à Lausanne est supérieure aux autres villes suisses. Elle est passée de 4'005 km en 2010 à 14'365 km en 2015, soit une hausse de 259%. Durant cette même période, elle a augmenté de 34% à Genève, passant de 9247 km à 12'362 km.

Eviter l'établement urbain

Pour réduire l'impact environnemental de la mobilité, l'étude recommande de "privilégier la compacité des territoires", soit d'éviter l'étalement urbain afin de réduire les distances entre le logement et les activités. La réduction du parc automobile est aussi évoquée, tout comme le développement d'alternatives aux transports individuels motorisés.

Pour les trajets longue distance, la régulation transport aérien et le développement de lignes de trains de nuit sont encouragés.

ats/vic

Publié Modifié