Modifié

"Une législature faite de succès mais aussi de difficultés" à Lausanne

Le syndic de Lausanne Grégoire Junod et ses collègues durant la présentation du bilan de la législature. [Laurent Gillieron - Keystone]
"Une législature faite de succès mais aussi de difficultés" à Lausanne / La Matinale / 1 min. / le 16 décembre 2020
La Municipalité de Lausanne a tiré mardi le bilan d'une "législature dense", à moins de trois mois des élections communales vaudoises. Elle s'est réjouie d'avoir mené à bien plusieurs "grands chantiers", tout en reconnaissant quelques couacs.

"Une législature est faite de succès mais aussi de difficultés. Il est inévitable que certains problèmes apparaissent avec de gros projets aux procédures complexes", a reconnu le syndic lausannois Grégoire Junod lors d'une conférence de presse au nouveau Centre sportif de Malley.

Le nouvel antre du Lausanne Hockey Club est justement l'une des réalisations qui a le plus fait parler ces derniers mois, en bien comme en mal, en raison notamment de défaillances dans sa gestion.

Le deal de rue ou la crise à la Fondation de Beaulieu ont aussi été cités parmi les écueils rencontrés par cette Municipalité. "Même face aux problèmes, nous sommes restés unis et solidaires. Il n'y a pas eu de rupture de collégialité, de fuites ou de petites phrases choc", a souligné Grégoire Junod.

Une cohésion interne

Le seul représentant de la droite au sein de l'exécutif, le PLR Pierre-Antoine Hildbrand, a lui aussi affirmé que "la cohésion interne l'avait emporté sur les difficultés." Et même si son parti revendique un siège supplémentaire pour les élections, il a estimé qu'il n'avait guère "de motifs à se plaindre" de ses six collègues de gauche.

Outre la nouvelle patinoire de Malley, Lausanne a vu aboutir plusieurs chantiers importants au cours de cette législature, comme le nouveau stade de football de la Tuilière ou le Musée cantonal des beaux-arts. Des rénovations ont aussi été initiées sur d'autres sites emblématiques de la ville, comme les théâtres de Vidy et de Beaulieu.

Plusieurs habitations ont parallèlement été créées, tandis que le futur écoquartier géant des Plaines-du-Loup (8000 habitants d'ici 2030) commence à sortir de terre. Un collège (Riant-Pré), le premier à être construit à Lausanne depuis 25 ans, a aussi vu le jour au cours de cette législature.

Des signaux au vert

"Cela ne va pas toujours aussi vite que l'on voudrait, mais tous les signaux sont néanmoins au vert pour les grands projets de la ville", a relevé Grégoire Junod. Le syndic socialiste a rappelé que de nombreux autres chantiers suivront ces prochaines années, toujours dans l'optique de rendre "la ville la plus hospitalière possible pour ses habitants".

Derrière le syndic, les six autres municipaux se sont relayés pour énumérer leurs diverses réalisations entre "criminalité en baisse", "finances stabilisées", "végétalisation augmentée" ou "mobilité apaisée". Ils se sont aussi réjouis de la tenue des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) en janvier 2020, dont l'organisation a été unanimement saluée.

Des JOJ auxquels a succédé, presque sans transition, la crise du coronavirus. "Nous sommes passés d'une ambiance de fête à une ville fantôme", s'est rappelé Grégoire Junod. Face à cette crise, la capitale vaudoise a su faire preuve d'engagement et de résilience, a estimé son syndic, tout en soulignant que les "conséquences dommageables" allaient encore s'étendre sur de nombreux mois.

ats/boi

Publié Modifié

Deux municipaux sur le départ

Cette législature sera la dernière d'Oscar Tosato (PS) et Jean-Yves Pidoux (Verts), qui quitteront la Municipalité après respectivement 20 et 15 ans de service.

Grégoire Junod (PS), Pierre-Antoine Hildbrand (PLR), Florence Germond (PS), Natacha Litzistorf (Verts) et David Payot (POP) souhaitent eux rempiler.