Publié

Un nouvel audit identifie plusieurs problèmes au centre sportif de Malley

Vue du nouveau Centre sportif de Malley, à Lausanne, avec sa patinoire principale. [Keystone]
Des dysfonctionnements dans la gouvernance du centre sportif de Malley / Le 12h30 / 1 min. / le 15 juillet 2020
La gouvernance du centre sportif de Malley à Prilly (VD) est à nouveau pointée du doigt. Après un premier rapport sur la gestion du personnel publié fin juin, un nouvel audit du Contrôle des finances de la Ville de Lausanne révèle plusieurs dysfonctionnements.

Attribution de marchés publics non conforme, droit de signature outrepassé, manque de stratégie financière à moyen et long terme: les critiques sont nombreuses dans le nouvel audit publié mardi en catimini sur le site internet de la Ville de Lausanne et relayé mercredi par le quotidien 24 heures.

Dans la capitale vaudoise, actionnaire principale du centre sportif, les réactions politiques sont vives. De tous bords on regrette le manque de professionnalisation du conseil d’administration, composé majoritairement de politiciens actifs ou retraités.

"On va droit dans le mur"

Pour la conseillère communale PLR Florence Bettschart Narbel, la question de la démission du conseil d’administration doit même se poser: "Je pense qu'il faut que des questions se posent sur la professionnalisation de ce conseil d'administration, avec des compétences en matière financière, de ressources humaines et de construction. Sinon, on va droit dans le mur", a-t-elle jugé dans le 12h30 de la RTS.

Des critiques balayées par Oscar Tosato, le municipal en charge des Sports et membre du conseil d’administration du centre. Contacté mercredi matin, il souligne que le conseil d'administration s'appuie toujours sur des experts pour prendre ses décisions et ajoute que la gestion du centre sportif n'est pas mise en cause par cet audit. Selon lui, les recommandations du contrôle des finances seront suivies. "Il y a eu des erreurs, comme cela arrive partout", a-t-il encore confié.

Sujet radio: Virginie Gerhard
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié