Modifié

Les syndicats veulent des solutions rapides pour l'hôpital de Rennaz

Le bâtiment de l'Hôpital Riviera-Chablais à Rennaz (VD). [Cyril Zingaro - Keystone]
Le nouvel hôpital Riviera-Chablais sera aidé par le directeur général du CHUV / Le 12h30 / 1 min. / le 4 mars 2020
Les syndicats espèrent des solutions rapides à l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC). Ils comptent notamment sur la nomination de l'ancien directeur du CHUV Pierre-François Leyvraz, engagé pour soutenir la direction générale d'un établissement en difficulté.

"Nous espérons que la nouvelle équipe de direction réponde aux attentes du personnel", écrivent mercredi dans un communiqué les partenaires sociaux de l'Hôpital basé à Rennaz (VD), soit les syndicats SCIV, Syna et SSP ainsi que l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI).

>> Lire également: En difficulté, l'hôpital de Rennaz fait appel à l'ex-directeur du CHUV

Les syndicats ajoutent qu'ils ont obtenu la tenue "de colloques extraordinaires ces prochains jours" pour permettre à la direction "de mieux identifier les problèmes d'organisation et d'entendre les propositions et solutions concrètes du personnel".

Le Conseil d'établissement de l'HRC a annoncé mardi avoir fait appel à Pierre-François Leyvraz, qui a dirigé le CHUV pendant onze ans avant de partir en retraite fin 2019. Le professeur Leyvraz a été nommé pour un mandat d'une année. Il est rattaché au directeur général, Pascal Rubin.

"Le personnel doit être entendu"

L'Hôpital de Rennaz, qui a permis de regrouper cinq sites hospitaliers de la région en un seul, multiplie les couacs depuis son ouverture. Des problèmes d'absentéisme, de cohabitation entre nouveaux collègues, de temps d'attente trop longs aux urgences ou d'annulations au bloc opératoire ont notamment été signalés.

Interrogée dans le 12h30, la secrétaire syndicale du SSP Beatriz Rosende identifie plusieurs dysfonctionnements: "Les téléphones ne fonctionnaient pas, les imprimantes sont difficiles d'accès. Ce sont des problèmes inhérents au déménagement. Après, il y a aussi des problèmes d'organisation du travail, au niveau des horaires, des équipes, des responsables. Sur ces questions-là, nous insistons pour que le personnel soit entendu."

ats/gma

Publié Modifié