Modifié le 19 septembre 2019 à 12:37

La péréquation financière vaudoise risque de bloquer des projets scolaires

La péréquation financière vaudoise risque de bloquer des projets scolaires.
La péréquation financière vaudoise risque de bloquer des projets scolaires La Matinale / 1 min. / le 19 septembre 2019
La fronde se poursuit pour de nombreuses communes vaudoises qui tentent depuis des années d'obtenir une meilleure répartition de certains frais avec le canton. Les négociations politiques démarrent cet automne et s'annoncent compliquées.

Certains projets pourraient être bloqués pendant de longs mois. Les syndics et les municipaux vaudois sont nombreux à s'en inquiéter: "Il pourrait y avoir ce risque-là, mais je rends attentifs les futurs présidents de différentes commissions: il faut bien maîtriser tous ces objets-là pour pouvoir faire front par rapport au Conseil d'Etat", prévient Philippe Jobin, député UDC vaudois et syndic de la commune d'Echichens, au micro de La Matinale de RTSinfo. "Parce que parfois l'exécutif – et j'en fais partie – a la possibilité de jouer la montre parce que ça les arrange. Démocratiquement, il faut qu'on fasse très attention, nous, les députés, d'être au courant non seulement des dossiers, mais de bien les maîtriser afin de faire front à ce genre de décisions".

Philippe Jobin, député UDC vaudois et syndic de la commune d'Echichens.
Cyril Zingaro - Keystone
Le Journal horaire - Publié le 19 septembre 2019

Beaucoup s'expriment de façon anonyme, évoquant les risques de blocages de certaines propositions. Et en particulier celles qui concernent le financement des équipements numériques scolaires.

>> Lire aussi: Le virage numérique des écoles vaudoises pourrait être inégalitaire

Ces craintes ont été ravivées mercredi avec deux coups de frein annoncés par une commission du Grand Conseil: l'un concernant la gratuité des classes qui se déplacent en transports publics, l'autre lié aux frais des voyages d'étude. Ces deux demandes sont suspendues pendant six mois.

Aux oubliettes?

Différents députés s'inquiètent de voir leur travaux passer aux oubliettes, faute d'accord financier entre canton et communes.

De son côté, le canton privilégie une négociation plus globale, histoire d'éviter de devoir traiter chaque point spécifique séparément.

Dominique Choffat/sjaq

Publié le 19 septembre 2019 à 09:43 - Modifié le 19 septembre 2019 à 12:37