Modifié

Conditions de travail dénoncées dans le centre pour requérants de Vallorbe

Conditions de travail des vigiles dans le centre pour requérants de Vallorbe dénoncées [Valentin Flauraud - Keystone]
Conditions de travail des vigiles dans le centre pour requérants de Vallorbe dénoncées / Le Journal horaire / 1 min. / le 9 juin 2019
Les vigiles du groupe Securitas en charge de la sécurité du centre pour requérant d'asile de Vallorbe, dans le canton de Vaud, se plaignent de leurs conditions de travail. Le syndicat Unia a été contacté par des collaborateurs du groupe, a appris la RTS.

Samedi, La Liberté évoquait l'inquiétude des employés du centre de requérants d'asile de la Gouglera, dans le canton de Fribourg. Il semblerait que celle-ci soit aussi partagée dans le canton de Vaud, à Vallorbe. Dans les deux cas, des conditions de travail jugées inadéquates sont au centre des accusations.

Problèmes de planification, management déficient ou encore manque de formation. Des pratiques parfois contraires à la convention collective. Voici en parti les récriminations rapportées l'année passée par des collaborateurs de l'entreprise Securitas, en charge de la sécurité du centre de Vallorbe.

"Le personnel qui nous a contacté, c'était beaucoup de personnes qui avaient des contrats auxiliaires et auxquelles on promettait des contrats fixes qui ne venaient jamais (...) On nous a aussi rapporté un manque de suivi ou encore des problèmes de management de l'équipe", explique Arnaud Bouverat, secrétaire syndical.

Le SEM botte en touche

Plusieurs discussions ont eu lieu avec Securitas et avec le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), qui délégue les tâches de surveillance. Selon Unia toutefois, les problèmes ne sont aujourd'hui pas tous réglés.

Le syndicat accuse la Confédération de fermer les yeux sur les conditions de travail des entreprises soustraitantes. Du côté du SEM au contraire, on explique qu'il n'y a actuellement pas de problème au centre de Vallorbe alors qu'aucune réponse de la part de Securitas n'a pu être obtenue.

Martine Clerc/ther

Publié Modifié