Publié le 08 juin 2019 à 17:23

"20 francs l'entrée des caves ouvertes vaudoises, c'était trop bon marché"

Les caves ouvertes vaudoises attirent de plus en plus d'amateurs.
Caves ouvertes dans le canton de Vaud: interview de Benjamin Gehrig Forum / 3 min. / le 07 juin 2019
Après Neuchâtel, Genève et le Valais, c'est au tour du canton de Vaud de faire découvrir ses vins ce week-end. Mais cette année, le prix du sésame pour accéder à la manifestation passe de 20 à 30 francs. Une hausse justifiée, selon l'Office des vins vaudois.

Dans le canton de Vaud, cette année marque la dixième édition des Caves ouvertes. Elle coïncide avec une hausse du prix d'accès aux caves, qui passe de 20 à 30 francs, soit une augmentation de 50% qui n'est pas passée inaperçue. Elle interpelle d'autant plus que les dégustations sont gratuites en Valais, et coûtent trois fois moins (10 fr.) à Genève et Neuchâtel.

Interrogé vendredi soir dans l'émission Forum, le directeur de la faîtière des vins du canton de Vaud Benjamin Gehrig défend cette augmentation: "Il s'agit tout d'abord d'une volonté du nouveau président de l'Office des vins vaudois Michel Rochat. A son arrivée, il m'a dit: 'Ton passeport, il est trop bon marché!'", détaille-t-il sans détour.

Transports gratuits

Pour lui, le sésame vaudois n'est pas comparable à celui offert dans les autres cantons, essentiellement pour deux raisons: d'une part parce que le passeport octroie la libre circulation sur le réseau mobilis du canton de Vaud, et d'autre part parce qu'il est couplé, cette année, avec un bon de réduction de 12 francs à l'achat d'un carton de six bouteilles. Il rappelle encore que ce forfait, valable les deux jours, était disponible en prévente sur internet jusqu'à la veille de la manifestation à un prix réduit (24 francs).

Sur les 30 francs que paie le visiteur pour recevoir un verre de dégustation et le droit d'aller goûter la production de 300 caves vaudoises, l'Office des vins vaudois touche 7,50 francs, précise encore son directeur. Le reste va aux différentes régions viticoles, qui utilisent la somme récoltée pour, notamment, organiser les transports - navettes par exemple - et faire de la publicité.

Pas une mesure anti-"pochtrons"

Placer le prix du billet d'entrée assez haut, n'est-ce pas aussi un moyen de décourager un certain public, peut-être davantage enclin à faire le déplacement pour consommer du vin en grande quantité? "Non, ce n'était pas vraiment notre volonté. Notre but, c'est de valoriser le travail du vigneron, qui fait un travail incroyable tout au long de l'année", réfute Benjamin Gehrig.

Benjamin Gehrig, nouveau directeur de l'Office des vins vaudois.

Notre but, c'était de valoriser le travail du vigneron, qui fait un travail incroyable tout au long de l'année

Benjamin Gehrig

Il ne craint du reste pas un désaveu populaire par rapport à l'an dernier, édition record qui avait vu affluer 100'000 visiteurs dans les caves. "Pour la première prévente en ligne du passeport, notre objectif était d'en vendre 1000. Actuellement, 4000 sont déjà partis", se réjouit le directeur de l'Office des vins vaudois.

Propos recueillis par Mehmet Gultas

Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié le 08 juin 2019 à 17:23