Modifié le 12 mars 2019 à 14:38

Le Parlement vaudois adopte finalement la nouvelle loi sur les taxis

Taxis traditionnels et chauffeurs de type Uber devront désormais tous être au bénéfice d'une autorisation vaudoise.
Taxis traditionnels et chauffeurs de type Uber devront désormais tous être au bénéfice d'une autorisation vaudoise. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
A l'issue d'un troisième débat mardi, le Grand Conseil vaudois a adopté la future loi régissant les taxis. Elle vise à mettre sur pied d'égalité les chauffeurs traditionnels et les services du type Uber.

Le texte était jugé insuffisant par la gauche et les taxis, qui se sont rassemblés avant le vote mardi matin pour protester. Mais la majorité de droite l'a finalement emporté au Grand Conseil, par 84 voix contre 39 et 14 abstentions.

Taxis traditionnels et chauffeurs de type Uber devront désormais tous être au bénéfice d'une autorisation cantonale et s'annoncer auprès de la police du commerce. Les sociétés de transport devront avoir leur siège en Suisse et les VTC (voitures avec chauffeur) devront être identifiables par la police via un signe distinctif, comme les taxis le sont.

>> Les images des taxis qui protestent à Lausanne:

Les taxis vaudois protestent contre le projet de loi voté par le Grand Conseil à Lausanne.
12h45 - Publié le 12 mars 2019

Combat de tranchées gauche-droite

Cette nouvelle loi a donné lieu à un combat de tranchées, avec en arrière-fond la traditionnelle lutte gauche-droite. La semaine dernière, les députés avaient achevé in extremis le deuxième débat, après un forcing du président Rémy Jaquier.

Pour la droite, il fallait s'adapter et ne pas vouloir "complexifier" la législation en espérant arrêter l'évolution en cours. Le PLR et l'UDC estiment que ce texte permet d'instaurer une concurrence efficace entre les taxis et Uber.

La gauche, elle, craint notamment que la loi ne soit pas applicable en l'état. "Il n'y a pas de garantie qu'on ait les moyens sur le terrain pour effectuer des contrôles, expliquait le député socialiste Arnaud Bouverat le 13 février dernier dans La Matinale.

Vaud sera ainsi l'un des premiers cantons suisses à davantage réglementer ce marché, a souligné le conseiller d'Etat Philippe Leuba lors des débats.

oang

Publié le 12 mars 2019 à 14:03 - Modifié le 12 mars 2019 à 14:38