Modifié le 05 février 2019 à 16:40

Vers un trafic routier plus fluide entre Lausanne et Morges

Moins de bouchons dans l'agglomération Lausanne-Morges. Une convention tripartite a été signée. Les explications de Noria Gorite
Moins de bouchons dans l'agglomération Lausanne-Morges. Une convention tripartite a été signée. Les explications de Noria Gorite 12h45 / 1 min. / le 05 février 2019
Une convention a été signée mardi pour permettre de fluidifier le trafic routier dans l'agglomération Lausanne-Morges. Un système devrait être opérationnel en 2021, pour un coût total de près de 28 millions.

Un projet de gestion coordonnée du trafic (GCTA) a reçu l'aval du canton mardi. Le système, une sorte de tour de contrôle mettant en lien feux de signalisation, panneaux de signalisation et caméras devrait être opérationnel en 2021. Le projet se constitue de deux documents, signés par les autorités vaudoises, les communes concernées et l'Office fédéral des routes.

Pour la présidente du Conseil d'Etat Nurria Gorrite, en charge du dossier, la réflexion et la gestion du trafic doivent se faire de manière globale. "On a besoin d'une réflexion d'ensemble et d'itinéraires de délestage lorsqu'il y a des situations de saturations, que l'on connaît tous les jours", explique-t-elle dans le 12h45.

Avancée sécuritaire

Pour 28 millions, le système GCTA permettra non seulement de gérer le trafic, mais aussi d'améliorer l'information aux usagers de la route et aux partenaires. "C'est une des toute premières briques de la mobilité 4.0", a déclaré en outre Nurria Gorrite. Le syndic de Lausanne Grégoire Junod a quant à lui estimé que le système centralisé faisait sens.

Ce projet représente aussi un progrès sécuritaire, a ajouté la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. La GCTA devrait assurer de diminuer le nombre d'accidents et permettre aux secours d'intervenir plus vite. "Il faut apporter une réponse rapide, efficiente et coordonnée", a-t-elle conclu.

L'agglomération Lausanne-Morges concentre près de la moitié des habitants et des emplois du canton. Les flux de mobilité sont amenés à croître, avec les développements attendus sur l'autoroute et les transports publics.

ats/ani

Publié le 05 février 2019 à 14:36 - Modifié le 05 février 2019 à 16:40