Publié le 08 janvier 2019 à 22:36

Après l'extension des vols nocturnes de l'armée, les communes contrariées

La colère gronde à Payerne. Les avions militaires doivent s'entraîner plus tard en soirée pour assurer la sécurité aérienne.
La colère gronde à Payerne. Les avions militaires doivent s'entraîner plus tard en soirée pour assurer la sécurité aérienne. 19h30 / 2 min. / le 08 janvier 2019
Depuis que le Département fédéral de la défense a annoncé l'élargissement des horaires de la police aérienne, les communes avoisinantes de l'aéroport de Payerne (VD) font part de leur mécontentement.

Depuis le 1er janvier, les jets de la police aérienne sont prêts à intervenir 365 jours par an entre 6h et 22h, contre 18h auparavant.

>> Lire: La police aérienne désormais mobilisée en dehors des heures de bureau

Mais cette extension des horaires signifie également davantage de vols d'entraînement, a expliqué dans le 19h30 le colonel EMG Jérôme d'Hooghe, commandant adjoint de la base aérienne de Payerne.

Communes mécontentes

Cette annonce passe mal auprès des communes voisines de l'aérodrome. Les autorités vont signifier leur mécontentement dans un courrier à l'état-major.

"Nous avons toujours eu un bon dialogue avec le Département fédéral de la défense, qui nous a toujours informés des modifications. Dans ce cas-là, nous avons appris les nouveaux horaires par voie de presse. Les gens ne vont pas du tout accepter ces vols supplémentaires", a déclaré Cédric Péclard, syndic de Les Montets.

Ce n'est pourtant que le début. D'ici fin 2020, les avions de la police aérienne pourront voler à toute heure, 365 jours par année. Et l'essentiel de ces vols se feront depuis la base aérienne de Payerne.

Claude-Olivier Volluz/lan

Publié le 08 janvier 2019 à 22:36