Modifié le 23 novembre 2018 à 20:45

Nouvelle grève annoncée dans le parascolaire vaudois le 3 décembre

La grève et la manifestation du 13 novembre avaient été largement suivies.
nouvelle grève annoncée dans le parascolaire vaudois le 3 décembre Audios / 24 sec. / le 23 novembre 2018
Faute d'avoir été entendus lors de leur mobilisation du 13 novembre contre les nouvelles normes d'encadrement du parascolaire vaudois, les professionnels et les syndicats annoncent une nouvelle grève le 3 décembre.

Le personnel de l'enfance refuse d'abandonner son combat malgré le refus de négocier de l'Etablissement intercommunal pour l'accueil parascolaire primaire (EIAP). "Cette attitude méprisante nous pousse à continuer notre mobilisation pour un accueil de qualité et pour nos conditions de travail", écrivent vendredi les différents acteurs.

Réunis lundi dernier en assemblée générale du personnel du secteur de l'accueil de l'enfance, ils ont fixé un préavis de grève au 3 décembre.

Educateurs et syndicats comptent mener également d'autres actions et informer les gens d'ici la fin de l'année. Si besoin, ils reconduiront la grève le 7 janvier prochain et annoncent une manifestation à la rentrée.

Grosse mobilisation

La première grève avait été suivie dans de nombreuses structures du canton. En soirée, entre 8000 et 9000 personnes avaient par ailleurs défilé dans les rues de Lausanne.

>> Voir le reportage du 19h30 sur les craintes liées à la réforme de l'encadrement du parascolaire: 

À Lausanne, une structure d'accueil pour enfants en milieu scolaire craint l'impact de la réforme de l'encadrement parascolaire.
19h30 - Publié le 20 novembre 2018

>> Lire: Journée de protestation contre le nouveau cadre parascolaire vaudois

ats/oang

Publié le 23 novembre 2018 à 19:25 - Modifié le 23 novembre 2018 à 20:45

Plus d'auxiliaires moins formés

Les professionnels estiment que l'assouplissement prévu des normes d'encadrement du parascolaire est "inacceptable", même si les modifications initialement prévues ont été revues à la baisse à l'issue de la procédure de consultation.

Jusqu'ici, une éducatrice diplômée pouvait par exemple encadrer 12 enfants de 6 à 10 ans. Dès le 1er janvier prochain, ils pourront être 15 sous sa responsabilité.

Le nouveau cadre prévoit aussi de favoriser l'engagement d'auxiliaires moins formés et par conséquent moins bien rémunérés.

Des élus soutiennent le nouveau cadre

Du côté de certaines communes, le projet est cependant largement soutenu. Trois courriers d'élus défendant ce nouveau cadre sont par exemple publiés vendredi dans 24 heures.

Municipale à L'Orient et députée PLR au Grand Conseil, Carole Dubois estime ainsi que cet assouplissement est "indispensable pour que toutes les communes puissent assumer leur devoir d'accueil parascolaire". Elle rappelle que dans certaines régions, les besoins existent mais que les moyens en locaux et personnel manquent.

La PLR Christine Chevalley, syndique de Veytaux et membre du groupe de travail de l'EIAP, ajoute que la qualité de l'accueil et le bien-être des enfants sont restés des objectifs concrets des municipaux qui ont élaboré ce cadre.