Modifié le 04 juin 2018

Des voix s'élèvent pour en finir avec les bottins de téléphone en papier

Annuaires téléphoniques: 3 millions d'exemplaires sont distribués dans les ménages suisses. La chasse au papier s'organise
Annuaires téléphoniques: 3 millions d'exemplaires sont distribués dans les ménages suisses. La chasse au papier s'organise 19h30 / 2 min. / le 04 juin 2018
Alors qu'environ 3 millions d'annuaires téléphoniques en format papier sont encore distribués aux ménages suisses, des voix s'élèvent, notamment en Valais et à Genève, pour accélérer la fin de ces monstres de papier.

Selon une étude récente, 54% de la population utilisent encore le bottin téléphonique en papier, malgré l'accès aisé à une édition en ligne. Ainsi Thérèse Vuignier, 82 ans: "Moi, je n'ai pas internet; on est peut-être encore vieux jeu... Par exemple, l’autre jour je voulais téléphoner à une amie; je ne savais pas son numéro, et je l’ai trouvé tout de suite", dit-elle dans le 19h30 de la RTS lundi.

Question d'écologie

Le bottin dans sa forme papier a pourtant aussi de plus en plus de détracteurs, qui dénoncent son lourd bilan écologique. Fabriqué naguère par des ouvrières fribourgeoises, la production des annuaires a été délocalisée en Allemagne et en Pologne.

A ce bilan carbone, s’ajoute des milliers de tonnes de papier. Ce qui fait aujourd'hui réagir - via un postulat qui sera soumis au Grand Conseil valaisan la semaine prochaine - le député Sylvain Défago (PDC): "On proposerait qu'il y ait une carte de désabonnement tout de suite en première page ou, à l’inverse, que les personnes qui souhaitent recevoir le bottin doivent s’abonner."

Campagne de désabonnement

Il y a un an, dans le canton de Genève, le conseiller d'Etat alors en place Luc Barthassat avait lancé une campagne de désabonnement. Avec plus ou moins de succès: 6200 personnes avaient renoncé à leur annuaire.

Du côté de Localsearch, "producteur" des annuaires, on indique que le renoncement est faible du fait de l'adaptation de la production aux besoins: "Malgré l’incitation au désabonnement, le nombre de désinscriptions est resté stable, entre 3% et 5%. La raison est que nous avons déjà une multitude de mesures pour estimer le besoin en termes d’édition d’annuaires", explique Christos Bräunle, porte-parole de Localsearch.

Même si son tirage baisse chaque année de quelque 100'000 exemplaires, l’annuaire téléphonique ne risque ainsi pas de mourir demain.

Claudine Gaillard Torrent/gax

Publié le 04 juin 2018 - Modifié le 04 juin 2018