Modifié le 28 mars 2018 à 13:52

Les opposants à Sion 2026 dénoncent un projet "mal ficelé"

Les affiches des opposants au projet de candidature aux JO d'hiver Sion 2026.
Comité d'opposition à Sion 2026: interview de Thierry Largey, directeur de Pro Natura Valais Le 12h30 / 1 min. / le 28 mars 2018
Le projet de candidature de Sion pour les Jeux olympiques 2026 coûtera plus cher que les évaluations annoncées, a soutenu mercredi le comité des opposants face aux médias.

Le budget néglige de nombreux coûts, a déclaré Thierry Largey, chargé d'affaires de Pro Natura en Valais et membre du comité. Il a cité la TVA, les frais de chronométrage, la consommation électrique, les assurances, la location d'immeubles, la production de neige artificielle. Ces coûts ne sont pas anodins, a-t-il affirmé.

Le rapport de l'Office fédéral du sport relève aussi des incertitudes quant aux montants prévus de sponsoring et aux recettes d'entrées. La marge d'erreur sur les coûts des infrastructures est de 25% selon ce rapport, qui évoque encore des financements non garantis comme le saut à ski ou l'anneau de vitesse.

Projet "mal ficelé"

Président des Verts valaisans, Jean-Pascal Fournier a dénoncé un projet incomplet et mal ficelé, mettant en avant la problématique du village olympique. Le mot "évolutif" revient dans tous les discours des partisans. "Ce terme cache les risques les plus importants".

>> L'avis de Jean-Pascal Fournier, président des Verts valaisans, au 12h45:

Arguments contre les JO de Sion 2026: l’avis de Jean-Pascal Fournier, président des Verts valaisans
12h45 - Publié le 28 mars 2018

>> Lire aussi: Les Verts valaisans s'en prennent aux séances d'information pour Sion 2026

ats/mh

Publié le 28 mars 2018 à 11:08 - Modifié le 28 mars 2018 à 13:52